[Santé] Le Syndrome du choc toxique causé par les tampons hygiéniques

C’est un geste anodin pour des millions de femmes, qui chaque mois portent des tampons hygiéniques ou utilisent des serviettes périodiques durant leurs règles. Il n’est pourtant pas dénué de risques. Ah lala que ‘’le métier de femme’’ est dure !

Saviez vous qu’aux États-Unis,Lauren Wasser , un mannequin californien, a dû se faire amputer de la jambe après avoir contracté le syndrome du choc (SCT) ?

C’est une maladie infectieuse qui peut entraîner la mort. Rarissime, le SCT provoqué par le port d’un tampon peut être évité avec quelques gestes simples.

Une maladie rare et grave

En effet, Le SCT est lié à une forme de staphylocoque, une bactérie présente dans le vagin de la femme enfin chez certaines femmes, qui va fabriquer des toxines dangereuses pour l’organisme. Le SCT est extrêmement rare, mais reste potentiellement mortel.Il provoque une forte fièvre, des vomissements ou encore des vertiges.  Le SCT entraîne une pullulation microbienne. Si une personne le développe, il faut l’hospitaliser en urgence.

tampon-regles-protection-periodique_5540809Ce syndrome fonctionne un peu comme un château de cartes. On pense avoir une gastro et, en quelques heures, on se retrouve aux urgences avec les organes vitaux qui lâchent les uns après les autres.Si vous avez vos règles et que vous développez tous les symptômes, en plus de ceux d’un énorme coup de soleil, n’attendez pas. Retirer votre tampon ou coupe menstruelle, pour le remplacer par une protection hygiénique externe(quoique pendant cette période même, le port des protections hygiéniques externes est préférable) et aller voir un médecin. Il faut agir au plus vite.Sachez que cette maladie est invisible, difficile à assumer étant donné que les règles sont perçues comme quelque chose de très intime dont on n’a pas envie de parler.

Changer régulièrement de tampons

Loin de moi l’idée de mettre en doute l’hygiène des femmes qui en ont déjà été victimes alors que la cause  pourrait être l’inverse, mais pour celles qui utilisent des tampons depuis toujours, la solution n’est pas d’abandonner ce type de protections périodiques non non ! Bien au contraire. Aussi face à ce risque infime de développer un SCT à cause du port d’un tampon, aucune autorité de santé n’a jamais préconisé de l’éviter. En revanche, avec quelques règles d’hygiène et du bon sens, on peut réduire les risques de contracter cette maladie.

images-1

On commence bien sûr par se laver les mains avant et après chaque changement.  Il faut changer régulièrement de tampon, comme cela est recommandé ; Toutes les quatre heures de préférence. Même si l’on a moins saigné, il faut changer de protection. Le sexe féminin étant vulnérable, c’est une erreur de garder son tampon ou sa protection toute une journée sans se changer. Si on dort avec, il ne faut pas le garder plus de huit heures d’affilée. Il faut donc le mettre juste avant de se coucher et le retirer au réveil, ou utiliser une serviette périodique la nuit ce qui est encore mieux je vous le conseille, on peut éviter les fuites désagréables parce que pendant le repos, on a plus de flux.

 

Nelly Opeli

Source: Actualité

 

 

 


x

A lire aussi

Elles ont développé leur commerce grâce à Internet
Grâce au numérique, les possibilités de développement des petites entreprises ont décuplé. Toutefois, certaines femmes ont encore du mal à se fam...
La formation et l’insertion professionnelle des femmes au cœur des actions entrepreneuriales
Plus les femmes sont autonomes, plus la croissance économique est inclusive. C'est fort de cette vision que la Fondation de la Société Générale C...