[Societé] 5 femmes qui ont marqué l’histoire de la Côte d’Ivoire de 1949 à 2000

On connaît tous -plus ou moins -les hommes qui ont impacté l’histoire de la Côte d’Ivoire. Mais en diriez-vous autant des femmes qui ont bouleversé le cours de l’histoire? Dans cet article, nous dressons le portrait de ces femmes incroyables que la Côte d’Ivoire a connu de 1949 à 2000. 

Jeanne Gervais

Via Côte d’Ivoire News

À l’aube des indépendances, la sphère politique ivoirienne était dominée par les hommes. Mais 16 ans plus tard, une femme est nommée ministre.

Jeanne Gervais est née le 6 juin 1922 à Grand-Bassam, d’un père d’origine française et d’une mère Baoulé. Elle fait ses classes secondaires et universitaires respectivement à Dakar et en France. Puis, elle devient inspectrice de l’enseignement primaire avant d’être promue ministre chargée de la Condition féminine de 1976Elle participe également à la Marche des Femmes à Bassam afin de libérer les hommes faits prisonniers par le colonisateur. En 1965, elle est élue députée, faisant d’elle l’une des 3 premières élues de l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire indépendante.

Les distinctions, elle en a plein dont le Grand officier de l’Ordre National du Mérite français. Cette grande dame s’est éteinte le 12 décembre 2012 à l’âge de 92 ans.

À lire aussi :[Motivation] 10 femmes influentes d’Afrique francophone

Simone Gbagbo

Via Afriqinfos

Elle est connue en tant qu’épouse de l’ex-président Laurent Gbagbo. Pourtant, elle fut l’une des premières femmes du parti politique Front Populaire Ivoirien (FPI).

Née le 20 juin 1949 à Moossou, Simone fait ses débuts de formation dans des écoles primaires à Moossou, Bouaké et Béoumi. Déjà élève, elle mène sa première grève, qui lui a valu une interpellation par la police en 1966.

Mais elle tient à ses études. Son parcours scolaire en témoigne:

  • Baccalauréat en 1970; 
  • Licence en lettres modernes à l’université d’Abidjan;
  • Major de sa promotion au concours d’entrée au CAPES, le concours d’accès à la carrière de professeur de l’enseignement secondaire;
  • Maîtrise de lettres modernes option littérature orale en 1976 à l’université Paris-XIII;
  • DEA à l’université de Dakar;
  • Doctorat sur le langage tambouriné chez les Abourés;
  • Licence en linguistique africaine à l’université d’Abidjan en 1984.

En novembre 1988, a lieu dans une villa discrète, le congrès constitutif du FPI auquel Simone participe. Devenue première dame en 2000, Simone ne s’en contente pas. Elle participe activement à la gouvernance de la Côte d’Ivoire d’où son élection en tant que deputé d’Abobo en 1995. Condamnée le 10 mars 2015 à 20 ans de prison, elle est amnistié le 6 Août 2018.

On se souvient de Simone comme d’une femme qui a impacté le système politique ivoirien.

Aicha Koné

© beninwebtv.com

On l’appelle affectueusement “la diva”. C’est une dame gracieuse, belle à la voix d’or qui porta haut les couleurs de la Côte d’Ivoire. C’est au sein de l’orchestre de la Radio Télévision Ivoirienne qu’elle commence sa carrière en tant que choriste. Cependant, ses débuts sont difficiles. Son père, médecin refuse une carrière musicale pour sa fille. Mais elle s’accroche à ses rêves. Sous la direction de Boncana Maiga, futur mentor et arrangeur, elle côtoie de grands noms de la musique africaine comme Manu Dibango, avec qui elle va travailler.  Son premier album 45-tours Denkelenu sort en 1979 et est produit dans le monde entier. C’est la seule ivoirienne à avoir eu 2 disques d’Or et plus de 45 prix et trophées.

Aicha prône la paix dans tous les pays. “Merci”, cet album voit la participation de beaucoup de chanteuses comme Reine Pelagie, Nayanka Bell…qui reprennent les discours du président Houphouët-Boigny. En Mars 2020, elle compte fêter ses 45 ans de carrière.

 

Jacqueline Oble

Via Frat Mat

Pour les juristes, c’est la mère du Droit privée en Côte d’Ivoire. 

Elle a travaillé toute sa vie pour confirmer sa plus grande conviction: les femmes peuvent accéder à tous les métiers.

Etudiante à l’université d’Abidjan, elle choisit le droit alors qu’elle était orientée en stomatologie. Apres 4 années de licence, elle s’envole pour la France pour le 3e cycle où elle revient 3 ans plus tard. Sa carrière démarre véritablement quand elle passe le premier concours d’agrégation du Cames en 1983. Sur 7 candidats, elle est la seule retenue.

De maître de conférence agrégée à candidate aux élections présidentielles de 2010, Jacqueline Oble est actuellement arbitre au Conseil Constitutionnel.

 Sa candidature aux élections présidentielles de 2010 lui vaut d’être la première femme à se présenter à ces élections en Côte d’Ivoire.

Renée Koré

Via Rezo-Ivoire

Vous connaissez la marche historique des femmes à Bassam? Et bien, Renée faisait partie de ces femmes.

Née vers 1910 ou 1912, Marie Renée Koré est une militante de la première heure du parti politique PDCI-RDA. Elle a à sa tête le comité féminin dudit parti section Treichville.

Lorsque les militants du parti sont emprisonnés sans jugement par le colonisateur, elle n’hésite pas, elle et d’autres femmes à braver eau chaude, chicote pour crier leur mécontentement. Cette marche eu pour effet un jugement avec des peines atténuées.

En hommage à cet acte héroïque, le pont sur la lagune Ouladine fut baptisé “le pont de la victoire”.

Morte dans des circonstances étranges, Marie Koré reste très présente dans l’histoire du parti politique PDCI-RDA.

 

Ce sont des femmes fortes et il est important de le rappeler à la jeune génération.

 

À lire aussi: [Job] Comment s’imposer dans un milieu d’hommes ?

Photo à la une: Frat Mat Info


x

A lire aussi

Mini Mag AYANA : Tatou Dembélé, fondatrice d'Ivorian Food et ambassadrice de la cuisine ivoirienne
Le Mini Mag Ayana est sorti ! Ce troisième numéro met en avant des figures bien connues de l'Internet ivoirien : Tatou Dembélé et son média Ivori...
Comment être proche de ses enfants malgré une vie professionnelle remplie ?
Par Yasmine - La bidem’mama Hello Bidembaya Family (Bidem’fam) ! Je suis très heureuse de vous retrouver pour un nouvel article. J’espère touj...