[Interview] Aïcha Diaby, fondatrice d’Akadi Jus De Mangue et entrepreneure de l’année 2019

Aïcha Diaby est une entrepreneure 2.0. Elle ne travaille pas dans le secteur numérique mais elle fait partie de ces entrepreneurs qui savent utiliser Internet pour vendre leurs produits. On est tombé sous le charme de ses jus naturels Akadi et de sa volonté à inviter les ivoiriens à consommer local. Rencontre avec Aïcha Diaby, celle que vous avez élu Entrepreneure de l’année aux Ayana Web Awards 2019.

Comment est née “Akadi?”

Il est vrai que j’avais un rêve d’entreprendre dans l’agro-industrie mais Akadi est née à la suite d’une expérience malheureuse. Je vendais les fruits à l’étalage au bas de mon immeuble et ma sœur me faisait parvenir les mangues depuis Ferké. À la faveur des mutineries à Bouaké, ma marchandise s’est retrouvé bloquée au niveau de Bouaké pendant plusieurs jours et les mangues sont arrivées toutes mûres à Abidjan. Impossible pour moi de les écouler lentement comme je le faisais d’habitude. J’ai posté sur les réseaux sociaux et mes amis m’ont suggéré de les vendre ou de les transformer. Ce que je fis et c’est parti de là.

Avant de lancer Akadi, jus de mangue, vous avez participé au programme She Is The Code. Cette formation vous a-t-elle aidé à lancer votre marque?

Absolument. Cette formation m’a appris à utiliser Internet de manière intelligente. Le fait de partager ma mésaventure sur le net m’a permis de trouver des idées et solutions à mon problème. De plus, sans aucune formation en agro alimentaire, Internet m’a permis de d’apprendre rapidement et efficacement comment transformer mes fruits.

À lire aussi: [Interview] Frédérique Gueï, créatrice de la marque healthy et gourmande SOST

L’histoire d’Akadi, c’est aussi l’histoire d’une femme qui a su retomber sur ses pieds. Vous avez dû quitter un conjoint violent. Que retenez-vous de cette période de votre vie?

Mon ex-conjoint n’était pas violent physiquement. La violence que j’ai subi est plutôt psychologique et je peux vous assurer que c’est tout aussi dévastateur sinon plus que la violence physique. J’étais devenue une autre personne qui avait perdu toute confiance en elle et en ses capacités. J’ai abandonné mes études. Les injures, les injustices, les humiliations de tout genre avaient fini par avoir raison de moi.

À quel moment avez-vous décidé qu’il était temps de le quitter?

J’ai eu beaucoup de chance sur ce coup. Malgré toute ma souffrance et même poussée par certains proches, je n’ai pas eu la force de partir. Quand on est conditionnée par une société qui trouve que c’est normal de souffrir dans un foyer, ce n’est pas évident d’oser. La demande de divorce est venu de lui-même.

Akadi représentait donc un nouveau départ?

J’avais déjà amorcé mon nouveau départ avant Akadi quand j’ai voulu me former pour ajouter à ma valeur et rechercher de meilleures conditions de vie. C’est surtout grâce à une formation en développement personnel que j’ai acquise au sein du réseau vainqueur de Forever CI. Akadi est née en chemin.

Quelles ont été vos principales difficultés quand vous avez démarré?

Ça été au niveau du conditionnement. Je voulais forcément avoir un emballage qui soit compétitif et même jusqu’à ce jour, ça reste un énorme défi sous nos cieux.

Félicitations ! Vous avez été élue “Entrepreneure de l’année” aux Ayana Web Awards 2019. Quel bilan dressez-vous de cette année 2019 au niveau de votre entreprise?

2019 a surtout été une année d’exploration pour moi et mon entreprise. L’univers des entreprises est très difficile surtout pour les débutants. Les choses ne sont pas facilitées mais ce n’est pas une raison pour lâcher prise. Il faut être psychologiquement préparé et tenir bon.

À lire aussi: [Interview] Ella Assie, son aventure avec les paletas: “N’ayez pas de Plan B”

Quels sont vos projets?

Mon projet par rapport à Akadi aujourd’hui, c’est de faire la promotion de la consommation des produits locaux. Mon combat est que chaque Ivoirien comprenne que son pouvoir de décider et de consommer du Made In Cote d’Ivoire a un impact sur la création d’emplois, sur l’économie et donc sur le développement du pays.

Un message à donner aux Ayanas?

TOUTES LES FEMMES SONT FORTES, C’EST JUSTE QU’ELLES NE LE SAVENT PAS. Ne laissez jamais quelqu’un ou une situation vous faire croire que vous être une moins que rien. Les femmes sont très puissantes et même les hommes en toute sincérité le savent sauf que très peu osent l’affirmer. Soyez fortes et audacieuses et sachez que vous êtes capables de tout. Rêvez et soyez épanouie. Personne ne le fera à votre place.


x

A lire aussi

Comment être proche de ses enfants malgré une vie professionnelle remplie ?
Par Yasmine - La bidem’mama Hello Bidembaya Family (Bidem’fam) ! Je suis très heureuse de vous retrouver pour un nouvel article. J’espère touj...
Awa Traoré Sinanta, de survivante du cancer du sein à activiste
*Initialement publié le 22/10/2019 Il y a de ces femmes qui savent transformer les citrons de la vie en de fraîches limonades. Awa Traoré Sina...