[Interview] Rosalind Brown, directrice marketing à Belife Insurance CI

L’Ayana de cette semaine est Mme Brown. Rosalind Brown est diplômée d’un master en éducation internationale avec spécialisation en développement à la New York University  et d’une licence en économie et finance du Bentley College en 1990. De 1998 à 2012, elle a travaillé pour les Nations Unies à New York au sein des départements board of auditors et du Peace Keeping operations. Aujourd’hui, elle occupe le poste de directrice du service clientèle et du marketing à Belife Insurance en Côte d’Ivoire.

En plus, elle est cofondatrice de deux écoles primaires, The Vine International School, au Libéria, fondée en 2013 et en Côte d’Ivoire de Luke International School en 2017 . Rosalind est également la fondatrice de l’Association libérienne pour l’unité et le développement, une ONG créée en 1996 qui aide les Libériens dans le besoin et favorise la réussite éducative et le développement spirituel.

Rosalind est passionnée par le soutien à la croissance éducative et spirituelle, une des raisons pour lesquelles elle a cofondé AGAPE, une ONG camerounaise qui offre des bourses et un environnement sûr pour permettre aux enfants des rues d’étudier et de recevoir un tutorat.

Nous l’avons rencontré dans son bureau à Belife Insurance au Plateau, voici ce que nous retenons de cet entretien avec cette Superwoman.

 

 

Quel mot qui décrirait le mieux votre carrière ?

Fidélité. Mon parcours montre la fidélité de Dieu.

 

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans votre travail ?

Aider les gens à détecter et exploiter leur talent. C’est définitivement ma passion. Avec Belife Insurance, j’ai réussi à faire ça.

De plus, mon travail est intéressant dans le sens où je fais face à de nombreux challenges. Dans notre quotidien, nous faisons face à des situations qui mettent à rude épreuve notre confiance en soi et cela que l’on soit directeur ou pas. Quand on arrive à garder confiance en soi, peu importe les challenges, on arrive à bout de tout.

Ce qui me passionne aussi enfin, c’est ma capacité à ne jamais regarder une situation comme perdue d’avance. Il y a toujours une solution.

Un conseil : il faut toujours penser à mieux faire, si je fais une erreur cette fois, il me faut réfléchir à comment faire pour ne plus que ça se répète la prochaine fois.

Quelle est votre plus grande fierté professionnelle ?

 

La mise en place du « Oversight commitee » au sein du département Commercial. C’est un comité qui contribue à développer la notion de travail d’équipe au sein des commerciaux.

En dehors de Belife Insurance, il y a aussi la création de deux écoles (l’une au Liberia et l’autre ici, en Côte d’Ivoire) mais aussi des ONG, au Cameroun et au Liberia qui font ma fierté.

 

Vous tenez beaucoup à l’éducation…

 

Si vous voulez passer d’un point A à un point Z, vous devez passer par beaucoup de choses, vous devez apprendre, vous devez être éduqués. Bien sûr, il y a deux types d’éducation. L’éducation « classique », c’est-à-dire suivre un parcours scolaire. Mais il y a aussi l’éducation « des sages ». Tu dois pouvoir apprendre des gens qui sont déjà passés par ce que tu traverses maintenant. Il faut donc toujours être en train d’écouter, toujours être en apprentissage, autant classique que traditionnelle. Pour moi, l’éducation est très essentielle. Malheureusement, beaucoup de jeunes gens ne s’en rendent pas compte. Il faut donc aider les enfants à se projeter dans leur futur. Si en tant que parents, nous arrivons à faire ça, l’enfant va comprendre pourquoi il doit aller à l’école et va se mettre à bosser. Mais s’il n’y a pas une connexion entre le futur et le présent, il peut peut-être suivre un parcours scolaire mais il ne va pas se donner à 100%. Et cette connexion peut se faire à n’importe quel moment. Un message auquel je tiens, c’est que : « vous avez peut-être raté le passé mais vous pouvez toujours vous rattraper ». Si tu t’engages et tu travailles vraiment, tu peux toujours te rattraper. Qu’importe que tu aies perdu tes parents très tôt, que tu aies quitté l’école tôt, tu peux toujours te rattraper.

 

Que propose Belife Insurance pour l’éducation ?

 

Belife Insurance propose Education Scolaire. Education scolaire est un contrat qui permet aux parents d’épargner sur une certaine période (10 ans minimum) pour garantir les études secondaires voire universitaires de leurs enfants. Le parent décide en fonction de ses moyens du capital auquel il souscrit (ce capital définira le montant de la prime à payer) . Au terme du contrat en cas de vie du parent, le capital est entièrement reversé pour assurer les études de l’enfant. En cas de décès et ce, peu importe le nombre de primes encaissées, le capital souscrit sera reversé sous forme de capital décès. L’’enfant percevra ensuite 12% du capital sous forme de rentes scolaire chaque année jusqu’au terme du contrat ou le capital est reversé entièrement sans déduction des rentes perçues. Belife Insurance aide donc les parents à se discipliner pour avoir les moyens nécessaires d’offrir une éducation de qualité à leurs enfants.

Par exemple, si le capital souscrit est de 3 millions pour les études supérieures de l’enfant et que le parent vient à décéder. Belife Insurance va payer ces 3 millions pour gérer les obsèques (capital décès) et chaque année, 12% de ces 3 millions est versé (au tuteur légal si l’enfant est mineur), pour aider à payer les frais scolaires de l’enfant. A la fin du contrat, Belife Insurance va encore payer 3 millions pour les études universitaires de l’enfant.

 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui débute sa carrière ?

 

“Ne méprisez pas vos humbles débuts”. Quelques fois, quand tu sors de l’université, tu veux un travail. Mais il peut arriver que tu ne trouves pas ce que tu cherches, que le poste n’est pas vacant. Donc qu’importe le travail que tu finiras par accepter, faut que tu le fasses bien. Tu peux être dans un cabinet d’avocat mais être juste un assistant ou encore celui qui donne le courrier, tu ne peux pas dire « je perds mon temps ». Non, fais-ça bien. Et en même temps, apprends. Vois ce qui se passe autour, sois curieux, aide les gens dans leurs tâches et tu vas avancer. Mais si tu as un travail et que tu n’es pas concentré sur ton travail pour vraiment apprendre ton métier et tout ce que l’entreprise fait et l’importance de ton travail dans l’objectif global, tu ne pourras pas être innovant. Il faut être innovant, toujours apprendre, être humble, aller vers les gens et poser des questions.

 

 

A lire aussi: [Interview] Rencontre avec Manon Karamoko, PDG d’Unilever Côte d’Ivoire


x

A lire aussi

[ITW] Jeanne Sissoko-Zézé: " j'aide des personnes à devenir la meilleure version d’elles-mêmes."
Jeanne Sissoko-Zézé fait partie des visages les plus connus de la finance en Côte d'Ivoire. Ses réalisations professionnelles parlent d'elles-mêm...
Qui est Joé Dwèt Filé, la nouvelle coqueluche du kompa ?
Dans les années 60-70, un genre musical faisait fureur dans les Antilles et les quartiers populaires d'Afrique et d'Amérique centrale : c'est le ...