[Portrait] Naomie Konan conductrice de “Wôrô-Wôrô” : “Ne vous mettez pas de barrière”

Il n’y a pas de sot métier comme on le dit souvent. Naomie Konan en est un bel exemple. Conductrice de “wôrô-wôrô”  le jour et étudiante le soir, elle a décidé de prendre son destin en main. Mariée et maman, c’est à force de travail et de professionnalisme qu’elle a reçu en 2016 le Prix d’excellence du Ministère du transport, catégorie taxi communal. La team Ayana est partie à la rencontre de Naomie Konan, celle qui ne limite pas ses capacités à son genre… Portrait 

 

Naomi konan, ayanawebzine, interview, ministère du transport, cote d'ivoire, prix excellence

 

Tout commence par la crise en Côte d’Ivoire…

A cette période, Naomie Amoin Konan vient d’obtenir son BAC et doit intégrer l’université. Malheureusement, cette crise occasionne la fermeture des écoles et universités. Pour subvenir à ses besoins et ne pas rester à ne rien faire, Naomi enchaine les petits boulots. Puis quand le calme revient au pays, elle doit reprendre les cours. Mais il est difficile de se remettre dans le bain. 

Naomi konan, ayanawebzine, interview, ministère du transport, cote d'ivoire, prix excellence

“Une femme doit pouvoir se prendre en charge pour vivre dignement.”

Poussée par son désir de se prendre en charge, Naomie se laisse séduire par l’idée d’un ami chauffeur de taxi communal qui lui propose de devenir son “binôme”.


Être une femme chauffeur de ” wôrô-wôrô”…

C’est à la gare de la Riviera Bonoumin que Naomie fait ses premiers pas en tant que chauffeur de wôrô-wôrô. Quand elle a commencé, les autres chauffeurs étaient sceptiques et pensaient qu’elle ne tiendrait pas le coup. Mais elle a su faire ses preuves. Elle pouvait passer une semaine à conduire de 7 heures à 20 heures sans passer le volant à son binôme.

Naomi konan, ayanawebzine, interview, ministère du transport, cote d'ivoire, prix excellence

“Pendant que les hommes prennent des stupéfiants: café noir, alcool, “kinkéliba” parce que ça les fatigue,  moi avant de venir je mange bien pour tenir”

Même si le métier reste difficile et que l’image qu’il renvoie n’est pas valorisante, à  cause de la mauvaise conduite de ses collègues hommes, elle reste professionnelle.

“Certains clients apprécient ma conduite, ils trouvent que je suis plus posée.”

Sa plus grande fierté, c’est son travail. Conduire des personnes et les envoyer à bon port sains et saufs pour elle est sa plus grande satisfaction. Pour sa part, Naomie ne rencontre pas de difficultés majeures avec les syndicats et ses collègues chauffeurs. Les hommes avec qui elle travaille sont courtois et très respectueux. Mais à vrai dire, elle impose le respect en mettant certaines barrières, restant discrète et évitant toute familiarité. En cas de brouille, elle arrive toujours à trouver un terrain d’entente. Une chose est sûre, sa présence leur a ouvert l’esprit… Son seul bémol, elle travaille avec des personnes dont la voiture est vieillissante et le véhicule ne lui appartient pas. Elle aimerait un jour avoir son propre véhicule et ne plus subir les aléas des différents propriétaires.

Ses projets …

Evoluer dans ce métier, continuer à le valoriser, c’est ce qu’elle souhaite faire.

« C’est un métier qui nourrit son homme et au lieu de rester à se tourner les pouces, il faut s’engager et le reste viendra… »

Naomi envisage même de former les jeunes femmes  à son métier et a pour ambition d’acheter son propre un véhicule et le mettre dans le transport. A terme, elle souhaite avoir sa propre société de transport.

« A mes jeunes sœurs, je dirais qu’il n’y a pas de sots métiers, n’ayez pas peur des hommes, comme tout métier il y a des brebis galeuses. Ne vous mettez pas de barrière. »

 

Vidéo: Naomie se raconte …

 

 

Photos et vidéos:  Hug-Lionel @studio The BOX

 

Vous aimerez aussi : Mileygaim Aida: Comment travailler pour une star américaine a tout changé !

 

 

Bon plan Bénéficiez de 20 % de réductions sur vos prestions chez Afrodict avec le code promo « Ayana1 ». Cliquez ici pour en profiter !


x

A lire aussi

Elles ont développé leur commerce grâce à Internet
Grâce au numérique, les possibilités de développement des petites entreprises ont décuplé. Toutefois, certaines femmes ont encore du mal à se fam...
On a testé le nouveau menu du restaurant The RooPh
Ce n'est un secret pour personne ; la Team Ayana aime la bonne bouffe. Quand The RooPh, le rooftop au-dessus de nos bureaux a annoncé de nouveaux...