[Interview] Gaëlle Prudencio, d’une passion pour la mode à une entreprise rentable

Gaëlle Prudencio s’aime et nous invite à faire de même. Tout a commencé quand, en 2007, cette girlboss béninoise d’origine et sénégalaise lance son blog de mode grande taille. Elle en avait marre de suivre “des régimes et de nourrir l’industrie de la minceur”. En quelques années, elle devient ambassadrice du body positive en France. Et, en Mars 2017, elle créé sa marque de vêtements grande taille Ibilola. Aujourd’hui, Gaëlle a réussi à transformer sa passion en une entreprise rentable. 

Photo portrait de Gaëlle Prudencio
Crédit photo: Capucine de Chocqueuse

Présentez-vous aux Ayanas

Je suis Gaëlle Prudencio, blogueuse et créatrice spécialisée dans la mode grande taille et le Body positive. 

Quand avez-vous commencé à être active sur les réseaux sociaux? 

Je suis sur les réseaux sociaux depuis le tout début déjà avec les skyblog, ce qui je crois bien remonte à 2004 ! 

A lire aussi: [Interview] Scheena Donia : “L’acte le plus fort qu’une femme peut poser est de s’aimer”

A quel moment avez-vous commencé à faire des posts autour du body-positivisme? Comment avez-vous eu ce déclic? 

J’ai commencé à parler d’acceptation de soi lorsque j’ai créé mon blog sur un forum dédié aux femmes rondes. A l’époque, on parlait plutôt de “Size acceptance”. J’y parlais de la façon dont j’apprenais à habiller mon corps et le sublimer. De là est venue l’idée que chaque vêtement que je porte à une histoire qui est intimement liée à la façon dont j’ai décidé de m’approprier mon corps malgré les injonctions de la société envers lui. Injonctions par rapport au fait d’être une femme, d’être grosse et aussi en tant que femme africaine et chrétienne. Tout un tas de restrictions que j’ai décidées d’abolir. Cela a été assez progressif car lié à ma construction personnelle mais je pense que cela date vraiment du moment où j’ai décidé d’arrêter les régimes et de nourrir l’industrie de la minceur à l’âge de 20 ans. J’en ai aujourd’hui 36. 

Photo de Gaëlle Prudencio dans un pantalon jean et un chemisier à pois
Crédit photo: Capucine de Chocqueuse

Comment avez-vous réussi à créer une communauté forte sur vos réseaux sociaux? 

En étant authentique ! En restant moi-même et sans jouer de rôle. Celle que je suis sur mes photos c’est aussi celle que je suis au quotidien parfois avec ou sans maquillage, coiffée ou pas coiffée. L’authenticité, c’est aussi dans l’idée que lorsque je poste des photos de moi en maillot de bain et que cela encourage d’autres femmes à faire de même : ce n’est pas uniquement pour alimenter mon compte Instagram. Je porte réellement des bikinis à la plage, à la piscine, en publique et je le vis très bien. C’est un cocktail qui donne envie aux personnes de me suivre et qui permet surtout qu’elles restent connectées à mon histoire et au message que je partage. 

Vous êtes rapidement devenue une figure incontournable du body-positivisme en France. D’où puisez-vous cette confiance en vous? 

Je pense réellement que c’est la force de la communauté qui me porte et me soutient. J’ai fait un réel travail d’acceptation de moi, de mon histoire et de mon identité. A cela s’ajoute la sororité qui règne sur mes réseaux sociaux et qui me conforte dans l’idée que ma démarche est la bonne sans pour autant attendre l’autorisation de mes abonnés : attention !

Gaëlle Prudencio dans une robe wax verte
Crédit photo: Capucine de Chocqueuse

Comment réagissez-vous quotidiennement face aux commentaires grossophobes? 

Selon mon humeur je vais peut-être tenter de les éduquer en mettant ces personnes face à leur méchanceté qui découle de leur mal-être mais la plupart du temps je les bloque. Je suis là pour qu’une énergie positive circule entre les personnes et moi et non pour alimenter la malveillance. 

Vous avez donné de la voix à un mouvement et aidé de nombreuses femmes à se sentir mieux dans leur peau. Mais vous avez également réussi à rentabiliser votre présence sur les réseaux sociaux. Comment? 

Aujourd’hui, je vis à 100% de mon activité sur internet. Elle est composée du marketing d’influence, à savoir la publicité que je fais pour des marques soit en créant du contenu soit en prêtant mon image en tant que modèle, de la création et commercialisation de mes propres produits notamment ma ligne de vêtements grande taille en Wax, Ibilola ou  encore ma collection de CV à télécharger en collaboration avec MyCvFactory ainsi que de mon activité de speaker sur différents événements. C’est un business model qui me permet de ne jamais m’ennuyer, d’être polyvalente, de faire des rencontres dans différents domaines et de continuer à me former au quotidien. 

A lire aussi: [Street-style] L’interview mode & beauté de Line Jaber

Aujourd’hui, vous avez votre propre marque de vêtements Ibilola. Si vous deviez la décrire en 3 mots, que diriez-vous? 

Positive – Colorée – Valorisante

Un conseil à donner à une Ayana qui veut créer de la valeur à partir de son blog ?  

Lance-toi ! Surtout lance-toi pour les bonnes raisons et dans la bonne dynamique à savoir celle du partage d’abord et avant tout. 

Crédit photo: Capucine de Chocqueuse

Suivez Gaëlle sur

Son blog

Ibilola

Instagram


x

A lire aussi

Cheikh Moustapha, le blogueur sénégalais qui veut conquérir le monde
Cheikh Moustapha Diakhaté est un blogueur Sénégalais passionné par les voyages et le lifestyle. Il s’est lancé dans l'univers des blogs en 2018 a...
Charlette N'Guessan, femme et tech-entrepreneure prometteuse en Afrique
Ce n'est un secret pour personne ; le milieu scientifique et technologique est encore très masculin. Peu de femmes s'y font leurs places ou y réu...