[Interview] Cindy Babin, mannequin

Elle n’avait pas du tout prévu exercer dans ce domaine, ceci est arrivé par un hasard qui par la suite a  bien fait les choses. Notre Ayana du jour voit sa jolie frimousse prêtée à l’une des plus grandes campagnes publicitaires mondiales. Un avenir prometteur à l’horizon… 

Présentez vous aux lectrices img_9729b

Bonjour, je m’appelle Cindy Babin j’ai 23 ans je suis d’origine Franco-Ivoirienne, et je suis mannequin à plein temps depuis 1 an et demi. Je suis basée a Paris.

Qu’est-ce qui vous a amenée au mannequinat ?

Je suis arrivée dans le mannequinat par hasard. Je me faisais coiffer dans le salon de coiffure de Vania Laporte, ambassadrice de la marque L’Oréal à Bordeaux où je résidais. Lorsque celle-ci m’a proposée de poser pour une campagne publicitaire à l’occasion du lancement d’un nouveau produit L’Oréal destiné au marché Antillais. A cette époque j’étais championne régionale du triple saut et l’athlétisme était ma grande passion. Je n’avais pas l’intention de me lancer dans une carrière de mannequin mais j’ai accepté par curiosité. Ayant appréciée l’ambiance de ce milieu de la mode et comme d’autres propositions se présentaient, j’ai décidé de continuer cette activité en dilettante.

Quel est votre parcours dans ce métier ? 

Comme je l’ai dit, j’ai commencé le mannequinat par opportunité, rien de plus. J’étais encore au lycée à Bordeaux, et après mon bac j’ai continué pendant environ deux ans sans vraiment prendre cette activité au sérieux car la priorité était de finir mes études de communication.

Les choses ont changé pour moi à Paris, je travaillais de temps en temps toujours en parallèle des études et petit à petit, j’ai commencé à me sentir de plus en plus à l’aise face à la caméra et au photographe, qui m’encourageait à me lancer sérieusement dans ce métier. C’est ainsi qu’à la fin de mes études, j’ai intégré l’agence Mademoiselle à Paris en avril 2015.

Ce n’est qu’à partir de ce moment que j’ai découvert le véritable métier de mannequin et du potentiel de mon profil dans ce domaine. Je travaille  depuis quelques temps avec l’agence Karin model sur paris et je viens de signer l’été dernier,lors de mes vacances aux USA avec une agence basée sur Miami et New York .

J’ai également fait des agences sur l’afrique du sud ( CapTown ), Londres et en Allemagne .

Si la plupart pense qu’être mannequin est métier facile, quelles sont difficultés auquel vous avez du faire face ?

remi_n_kasia-11-of-11Des difficultés, oh oui , j’en ai rencontré. La première , c’est lorsque j’ai commencé à intéresser les grandes agences mode, mon profil accrochait et plaisait, mais on me reprochait mes mensurations un peu trop “généreuses”, mon corps pas assez filiforme et trop tonique pour le milieu de la mode. j’ai essuyé pas mal de refus à cause des formes que la nature m’a donnée. J’ai donc travaillé mon corps pour perdre environ 5 kilogrammes mais, malgré cela , ça ne suffisait toujours pas pour les exigences des maisons de couture

Je n’ai pas accepté d’aller au-delà d’une certaine limite de maigreur car pour moi, le plus important, c’est d’abord d’être bien dans sa peau et de s’apprécier tel que l’on est avant de faire plaisir aux autres et de surtout penser à sa santé.

Raison pour laquelle je me suis tournée vers des agences qui recherchent des mannequins aux physiques commerciaux et beauté (les publicités pour les produits cosmétiques qui touchent à la peau, les cheveux), une image qui se vend, qui plait au plus grand nombre de personnes qui peuvent s’identifier au travers de ce que le mannequin renvoie dans la publicité.

Ma deuxième grosse difficulté est d’être un mannequin métisse. L’industrie de la mode en France reste encore très fermée à la mixité malgré quelques exceptions. En France la beauté noire et métisse est encore très peu représentée comparé à certains pays tels que les USA par exemple .

Quelle est votre plus grande fierté  professionnelle ?

Je n’ai pas réellement de grande fierté professionnelle pour le moment car mon parcours, je l’espère,  n’est qu’à son début, mais j’ai une affection particulière pour la campagne publicitaire mondiale de la marque cosmétique pharmaceutique Laroche Posey car il s’agit de ma première grosse publicité à visibilité internationale. Il y a aussi le tournage vidéo pour les carrés Hermès. Ce sont  de grandes maisons leader dans le secteur de la beauté et de la mode.

Le métier de mannequinat pour une jeune femme comme vous que représente -t-il ? Peut on fonder une famille et vivre du mannequinat ?

C’est d’abord un travail que j’aime et qui me permet de m’épanouir, il permet de voyager à travers le monde et de rencontrer des gens de cultures diverses et donne une ouverture d’esprit. Pour celles qui ont pour projet de fonder une famille et de faire du mannequinat à la fois, je les encourage mais elles doivent garder en tête que le métier de mannequin demande une flexibilité car les shootings sont fréquents et parfois à des kilomètres de leurs foyer . Effectivement ce métier peut générer des entrées financières importantes. Cependant il est conseillé d’être raisonnable et économe afin de bâtir sa reconversion car je le rappelle, c’est une profession éphémère et très instable.

 Des projets Cindy ?

Oui beaucoup, mais mon premier projet dans l’immédiat est de rejoindre les États Unis dès l’obtention de mon visa travail. Une fois aux USA je compte  me donner au maximum pour gravir les échelons car pour un profil comme le mien, le marché est plus porteur, et la mixité de la population n’est pas un handicap pour des gens de couleur. Cependant sur le long terme , je voudrais avoir ma propre agence de mannequinat en Côte d’Ivoire pour commencer et pourquoi pas dans d’autres pays du continent Africain si Dieu le veut.

Que diriez-vous à la jeune Ayana qui vous lit et aimerait tout comme vous faire carrière dans ce métier ?

Qu’elle se lance corps et âme et qu’elle fasse preuve de persévérance et de patience malgré les coups durs qui pourront survenir. Et une chose super importante, c’est qu’elle reste humble et ne perde pas de vue qu’il s’agit d’une profession qui vous donne une notoriété éphémère,  qui ne dure pas longtemps. Prévoir l’avenir doit faire partie de ses pensées!

[image_carousel images=”19449:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/12/LQ0A8457.jpg,19448:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/12/LQ0A8272.jpg,19447:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/12/LQ0A8251.jpg,” ][/image_carousel]

Propos recueillis par Nelly Opeli


x

A lire aussi

[ITW] Jeanne Sissoko-Zézé: " j'aide des personnes à devenir la meilleure version d’elles-mêmes."
Jeanne Sissoko-Zézé fait partie des visages les plus connus de la finance en Côte d'Ivoire. Ses réalisations professionnelles parlent d'elles-mêm...
Qui est Joé Dwèt Filé, la nouvelle coqueluche du kompa ?
Dans les années 60-70, un genre musical faisait fureur dans les Antilles et les quartiers populaires d'Afrique et d'Amérique centrale : c'est le ...