[Temoignage] Je n’arrive pas à avoir d’enfant

Je n'arrive pas à avoir d'enfant

Lors de nos récurrentes pérégrinations en ligne, nous avons découvert ce blog “Et si j’étais moi?” et un article en particulier où la blogueuse parle de son expérience, son désir d’avoir des enfants mais de la grossesse qui se fait attendre.

A lire aussi: [Santé] 5 des mythes les plus répandus sur la grossesse

 

Infertilité? Non, mais plutôt quand la grossesse se fait attendre.

Pour beaucoup d’entre nous, être parent est une étape importante de la vie. Nous les femmes, avons tendance à idéaliser la période de la grossesse et surtout à l’attendre avec impatience.  Sauf que parfois, ça ne se passe pas comme prévu. Bien évidemment, on s’imagine toujours tomber enceinte assez rapidement alors qu’en fait ce n’est pas si simple…

C’est mon cas, j’attends l’heureux évènement depuis déjà 3 ans. Je sais que  cette attente est mal vécu pour la plupart d’entre nous. Ce fut mon cas pendant un bon moment. Je pense d’ailleurs que c’est l’une des épreuves la plus difficile par laquelle une femme, un couple peut être amené à passer.

Aujourd’hui, beaucoup de femmes passent par cette difficulté, cependant , nous sommes peu à en parler.

 

A lire aussi: [Témoignage] “J’ai été répudiée par mon bien-aimé”

 

Une attente longue et douloureuse

Etat des lieux?

L’attente de l’heureux évènement est une période qui peut paraître interminable et qui est  à la fois très douloureuse pour ceux qui la vivent.

« Pourquoi, je n’y arrive pas? » « Qu’est ce qui se passe? » « Suis-je stérile? ».

Il est difficile de ne pas ressentir un sentiment d’injustice , de colère et de honte.  Et puis de se rendre compte qu’en réalité nous ne sommes pas toutes égales face à la grossesse si bien que, ça crée un sentiment de frustration.

 » Suis-je moins bien qu’une autre femme? »

Les semaines et les mois défilent sans grossesse  à l’horizon.  Tes cycles s’enchaînent sans interruption.  Certains mois, tu penses que c’est le bon,  tu as l’impression d’avoir « les fameux symptômes » et tu pries pour que tes règles n’arrivent pas. Malheureusement, c’est toujours la même rengaine, elles sont toujours là.

Tu ne peux t’empêcher de te demander quand est-ce que ton ventre s’arrondira? quand est-ce que tu pourras enfin crier: « Victoire, Bébé est là!! ».  Je suppose que tu t’es imaginée enceinte ou maman plus d’une fois.  Par moment tu t’es même surprise toi même à imaginer ce que ta vie pourrait être s’il était là.  Les annonces de grossesses s’enchaînent autour de toi mais encore une fois ce n’est pas toi. Très heureuse pour ton entourage, mais triste au fond de toi.  Une question se pose alors, comment gérer tout ça?

Gérer ses sentiments

Au début ça a été très difficile de gérer tout ce que je ressentais. Je ne savais pas comment me comporter face aux autres, que penser de ma vie, quoi dire, quoi répondre aux questionnements, aux blagues maladroites ainsi qu’ aux commentaires désobligeants.

Je préférais me taire et faire l’impasse dessus. Sauf que ce n’était pas la solution. Ma meilleure amie a commencé à me faire parler petit à petit pour m’aider à sortir de ma coquille.   Pour ainsi dire, elle m’a aidé à verbaliser  et à mettre des mots sur mes maux. Nous nous sommes créer un espace dans lequel nous nous permettons de nous plaindre, de pleurer, d’être en colère, de crier à l’injustice quand nous en ressentions le besoin et ça m’a fait beaucoup de bien.

Et ma foi dans tout ça

En tant que chrétienne, tu sais pertinemment que c’est dans les moments de difficultés que tu dois te rapprocher de Dieu, parce qu’il te donnera la force nécessaire. Néanmoins, j’avais beaucoup de mal. Sans doute, je lui en voulais. Je lui en voulais de devoir passer par cette situation, jugeant que celle-ci n’était pas nécessaire à ma maturité et pourtant.

Je n’acceptais pas la situation, l’endométriose, les douleurs, l’attente d’une éventuelle grossesse , c’était trop pour moi.

Puis, un jour j’ai compris, j’ai enfin réalisé, même si je le savais déjà que les épreuves par lesquelles je passais me permettraient d’expérimenter une nouvelle facette de sa personnalité, de faire grandir ma foi, de travailler ma persévérance et mon caractère, d’apprendre à le louer dans la difficulté, de lâcher prise en ne me concentrant que sur sa personne.  Je ne remercierais jamais assez cette soeur qui m’a permis d’avoir ce déclic.

J’ai expérimenté la guérison spirituelle de Dieu.  J’étais enfin libre de ce poids, ne cherchant plus à me battre par mes propres forces, mais reconnaissant la grandeur et puissance de Dieu.

Et un miracle est arrivé, une nouvelle moi est née!!

 

Lire la suite ici

Image à la une: Barbara Alcada

A lire aussi: [Maternité] Je veux un enfant : comment booster naturellement ma fertilité ?


x

A lire aussi

Comment être proche de ses enfants malgré une vie professionnelle remplie ?
Par Yasmine - La bidem’mama Hello Bidembaya Family (Bidem’fam) ! Je suis très heureuse de vous retrouver pour un nouvel article. J’espère touj...
Comment aborder la sexualité avec sa fille ?
Le monde dans lequel nous vivons se modifie, les tabous se brisent et les mentalités évoluent. Et pour continuer dans ce sens, parler de sexualit...