[Littérature] 10 livres à lire pour s’éduquer sur le racisme

Pour vraiment apporter le changement, il faut s’éduquer. Apprendre plus pour proposer des solutions pertinentes et viables sur le long terme, voilà ce dont a besoin la communauté noire partout dans le monde. Nous vous proposons donc une liste de 10 livres à lire pour en savoir plus sur ce système qu’est le racisme et comment le combattre.

La prochaine fois, le feu de James Baldwin

Best-seller national lors de sa première apparition en 1963, La prochaine fois, le feu a galvanisé la nation américaine et a donné une voix passionnée au mouvement émergent des droits civiques. À la fois évocation puissante du début de la vie de James Baldwin à Harlem et examen troublant des conséquences de l’injustice raciale, le livre est un document intensément personnel et provocateur. Il se compose de deux «lettres», écrites à l’occasion du centenaire de la Proclamation d’émancipation, qui exhortent les Américains, en noir et blanc, à attaquer le terrible héritage du racisme. Dans l’avant-dernier paragraphe de la lettre, Baldwin écrit: «Ceci est votre maison, mon ami, n’en soyez pas chassé; les grands hommes ont fait de grandes choses ici, et le feront encore, et nous pouvons faire de l’Amérique ce que l’Amérique doit devenir. »

À lire aussi: [Culture] 7 livres inspirants écrits par des femmes noires

How To Be An Antiracist, Ibram X Kendi

Cet excellent livre de Kendi sera disponible en version française en Septembre 2020 aux Editions Le Duc. En attendant, profitez de l’édition anglophone, si vous pouvez.  Utilisant ses dons extraordinaires en tant qu’enseignant et conteur, Kendi nous aide à reconnaître que tout le monde est parfois complice de racisme, qu’il le réalise ou non, et en décrivant avec une humilité émouvante son propre voyage du racisme à l’antiracisme, il nous montre comment être une force pour le bien. En chemin, Kendi perce tous les mythes et tabous qui obscurcissent si souvent notre compréhension, des arguments sur la race et l’existence de différences raciales aux complications qui surviennent lorsque la race recoupe l’ethnicité, la classe, le sexe et la sexualité.

Mon combat pour la justice, Ida B. Wells

Ida Bell Wells-Barnett, plus connue sous le nom Ida B. Wells, était une journaliste afro-américaine. Dans ses essais compilés dans “Mon Combat pour la justice”, elle dénonce l’ampleur du lynchage aux Etats-Unis.

L’œil le plus bleu, Toni Morrison

Premier roman du Prix Nobel de Littérature, Toni Morrison et aussi premier succès. Avoir des yeux bleus, et encore plus bleus que Shirley Temple, c’est le rêve de Pecola, une petite fille noire,  qui vit à Lorain (Ohio – États-Unis), rejetée par la société et à l’école. Enfance, amitié, racisme tapissent la trame de ce roman.

L’autobiographie de Malcolm X

L’Autobiographie de Malcolm X, publié en 1965, est le résultat d’une collaboration entre le militant des droits de l’homme Malcolm X et le journaliste Alex Haley, co-auteur. Né dans le Nebraska où le Ku Klux Klan faisait alors la loi, enfant des rues à Boston, puis à New York où il verse dans la délinquance, Malcolm fera son éducation en prison avant de devenir le porte-parole du mouvement islamiste américain… Ce livre est le résultat d’une série d’entretiens qu’Alex Haley dirigea entre 1963 et 1965.

 

Un long chemin vers la liberté, Nelson Mandela

Avant d’être le premier président noir d’Afrique du Sud, Mandela a d’abord été le plus ancien prisonnier politique au monde. Commencés en 1974 au pénitencier de Robben Island, ces souvenirs furent achevés par Nelson Mandela après sa libération, en 1990, à l’issue de vingt-sept années de détention. Document majeur sur un des grands bouleversements de la fin du xxe siècle, ce livre est aussi le témoignage d’un combat exemplaire pour la dignité humaine.

À lire aussi: [Littérature] 10 livres que toutes les femmes devraient lire

La couleur de la justice : Incarcération de masse et nouvelle ségrégation raciale aux Etats-Unis de Michelle Alexander

« Il y a plus d’adultes africains-américains sous main de justice aujourd’hui – en prison, en mise à l’épreuve ou en liberté conditionnelle – qu’il n’y en avait réduits en esclavage en 1850. L’incarcération en masse des personnes de couleur est, pour une grande part, la raison pour laquelle un enfant noir qui naît aujourd’hui a moins de chances d’être élevé par ses deux parents qu’un enfant noir né à l’époque de l’esclavage. » Dans ce livre devenu un classique des luttes contre la prison et le système judiciaire aux États-Unis, ­Michelle Alexander revient dans des pages ­fulgurantes sur les mutations de la domination ­raciale et de l’enfermement. De l’esclavage aux innombrables prisons actuelles, en passant par la ségrégation de l’ère « Jim Crow », ce livre explore la façon dont en quelques décennies, avec la « guerre contre la drogue », les Noirs et les Latinos ont commencé à être enfermés en masse, jusqu’à dépasser aujourd’hui deux millions de prisonniers.

Why I’m No Longer Talking to White People About Race by Reni Eddo-Lodge

Le livre qui a déclenché une conversation nationale. Explorant tout, de l’histoire des Noirs éradiquée au lien inextricable entre la classe et la race, Why I’m No Longer Talking to White People About Race est le manuel essentiel pour quiconque souhaite comprendre les relations raciales en Grande-Bretagne aujourd’hui, et dans le monde entier par extension.

Noire n’est pas mon métier

couverture du livre Noire n'est pas mon métier

En librairie depuis le 03 Mai 2018 en France notamment, le livre collectif des actrices Aïssa MaïgaFrance Zobda, Eye Haïdara, Karidja Touré, Rachel Khan, Maïmouna Gueye, Assa Sylla, Sonia Rolland, Mata Gabin, Magaajyia Silbereld, Nadège Beausson-Diagne, Sabine Pakora, Shirley Souagnon, MariePhilomène Nga, Firmine Richard, Sara Martins fait parler de lui.Dans “Noire n’est pas mon métier“, ces 16 actrices à travers des anecdotes, des remarques qu’on leur a faites et des scènes qu’elles ont vécues dénoncent le racisme et le sexisme qui gangrènent l’industrie du cinéma français.

White Fragility: Why It’s So Hard for White People to Talk About Racism de Robin DiAngelo

“La Fragilité blanche-Pourquoi il est si difficile pour les personnes blanches de parler de racisme”, l’édition française du best-seller devait être disponible dès Mai 2020. Mais la crise du COVID-19 a retardé les échéances. Si vous êtes bilingue, vous pouvez vous procurer la version anglaise. Dans ce «livre vital, nécessaire et beau» (Michael Eric Dyson), l’éducatrice antiraciste Robin DiAngelo illumine habilement le phénomène de la fragilité blanche et «nous permet de comprendre le racisme comme une pratique qui ne se limite pas aux« mauvaises personnes »(Claudia Rankine).


x

A lire aussi

Le vaudou: est-ce une religion?
Le vaudou ou encore vodoun, pratique ancestrale, est l'ensemble des dieux ou des forces invisibles dont les hommes essaient de concilier la puiss...
Designers mode: comment protéger vos créations des copieurs?
« Pour moi, la copie, c’est le succès. Il n’y a pas de succès sans copie et sans imitation ! » Coco CHANEL Depuis l’avènement des réseaux soc...