[Interview] Mémé Koné Gbaloan, quand bâtir devient “Merveil'”

On ne devinera pas toute suite son métier à son apparence. C’est vrai qu’elle garde ses cheveux très courts mais elle est tout aussi coquette que n’importe quelle jeune femme rencontrée. Elle n’hésite pas à tronquer jupe et escarpins contre bottes de sécurité et casque pour descendre sur le terrain. Ayana nous avons rencontré pour vous une jeune femme, qui sait ce qu’elle veut et qui ne lâche rien ! Sa passion ? Bâtir. Découvrons-la…

 Ayana : Pouvez-vous vous présenter ?

 Mme Koné : Je suis Madame KONE GBALOAN Mémé Toguéra. Je suis ingénieure des Travaux Publics spécialisée en Bâtiment et urbanisme diplômée de l’INPHB. A ce jour, je suis co-fondatrice, chef de projets au sein de l’entreprise Merveil Ingenieurie, anciennement Merveil’DéKo.

HLP_AY01 (2)

J’ai démarré ma carrière professionnelle en 2009 à Abidjan dans le secteur ferroviaire en tant que chargée de la gestion technique du domaine puis chef du service chargé du suivi de la Concession ferroviaire. Le déclic et le désir ardent de me lancer en tant qu’entrepreneur dans le génie civil a pris forme en Octobre 2014. En effet, pour cadrer avec ma formation initiale (choix de métier depuis la petite enfance), j’ai décidé de monter un business; chose faite depuis bientôt deux ans.

 Ayana : Est-il plus difficile pour une femme  de créer son entreprise? Avez-vous atteint vos objectifs ?

Mme Koné : Personnellement je crois que non. De ce côté, la démarche est la même que l’on soit un homme ou une femme .Quoique, le  domaine d’activité dans lequel j’évolue est fortement masculin. C’est un boulot qui exige beaucoup d’heures supplémentaires  de travail, de voyages (chantiers dans des zones parfois difficiles). Pour une femme, ce n’est donc pas facile et il faut toujours prouver qu’on est aussi efficace qu’un homme. Cela demande effectivement de se donner plus que les hommes. Cependant mon objectif professionnel majeur est atteint, en l’occurrence, créer ma boîte et la développer mais je n’ai pas encore la prétention d’affirmer que j’ai atteint tous mes buts car il y’en a beaucoup. J’y travaille! Vous savez mon métier, c’est de Construire: De la conception à la réalisation, mon rôle est de mener à bien un projet génie civil selon les règles de l’art.

HLP_AY01 (21)

 Ayana : Qu’est ce qui fait votre fierté ? Prévoyez-vous étendre votre business ?

 Mme Koné : Je suis particulièrement fière de dire que dès le début de nos activités, certaines grandes entreprises ivoiriennes ainsi que des particuliers ont fait confiance à notre équipe pour concevoir ou réaliser leurs projets. Je pourrais citer la compagnie de distribution d’eau, pour qui nous avons renouveler les équipements d’une dizaine de châteaux. Aussi Nous prévoyons de nous étendre en faisant l’Ouverture d’un bureau d’études techniques au sein de  Merveil Ingénieurie ; la construction de plusieurs bâtiments en cours dans la zone d’Abidjan ; et l’intégration de solutions d’habitat durable dans nos projets.

Ayana : Comment êtes-vous parvenue à concilier vie professionnelle et vie familiale ?

 Mme Koné : Ce n’était pas évident au début parce qu’il fallait cumuler mon emploi initial, le management de ma petite entreprise et ma vie familiale. Mais le soutien et la compréhension presque divine de mon époux ainsi que celle de ma famille et de mon entourage m’ont plutôt boostée dans cette nouvelle aventure.

[image_carousel images=”17433:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/07/HLP_AY01-19.jpg,17434:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/07/HLP_AY01-5.jpg,17435:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/07/HLP_AY01-16.jpg,17436:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2016/07/HLP_AY01-18.jpg,” ][/image_carousel]

Je profite pour dire aux Ayana de faire le métier qui les passionne, aussi dur soit-il en favorisant l’esprit de travail, de recherche et de formation continue pour exceller dans leur domaine d’activité, sans oublier la foi et la spiritualité. Ne jamais croire qu’être une femme peut constituer un obstacle dans l’évolution professionnelle car bien au contraire, la femme apporte toujours une touche de grâce, de beau, d’application et de perfection dans tout ce qu’elle touche.

 

Credit-Photo: Hug Lionel


x

A lire aussi

Les chaîne aux pieds, accessoire mode ou culturel ?
Depuis de nombreuses années, cet accessoire féminin n'a cessé de déchaîner les passions. Chez les hommes comme chez les femmes, le port de la cha...
WILA, une première édition réussie
Sans égalité des genres, il est quasiment impossible d'évoquer le développement durable Christiane OHIN-TRAORÉ, Présidente Fondatrice WILA ...