[Culture] La Société Générale Côte D’Ivoire s’engage dans la promotion de l’art africain

L’Art est une discipline qui nous permet de retranscrire notre vision de la vie et Le Groupe Société Générale l’a compris. Et depuis 1995, le Groupe à travers ses filiales dans le monde a fait de l’art son affaire. Il y a de cela quelques jours,   la Société Générale Cote d’Ivoire  nous présentait ses projets pour promouvoir et développer l’art africain et ivoirien .

L’acquisition d’une collection

Ce sont 6 artistes proposés par l’Atelier KABLAN (Cyprien Kablan), la Fondation Donwahi (Boris N’Zebo, Aida Muluneh), la Galerie Fakhoury (Ouattara Watts) et la Galerie Guirandou (Ablade Glover, Alun Bé) qui ont participé à la création de la collection d’art de la banque. 

Le choix de ces artistes ne s’est pas fait à la volée. Chaque galerie a sélectionné des œuvres soumises à un comité interne (membres de l’Administration de la Société Générale Cote d’Ivoire et des professionnels de l’art) qui, à son tour a choisi les œuvres de la collection. Parmi ces œuvres, la Société Générale Cote d’Ivoire s’engage à acquérir 3 d’entre elles.

A lire aussi: [Interview] Antonya David-Prince, artiste à l’âme vulnérable

Un concours de jeunes talents

Dans la même veine de promotion de l’Art, un concours de jeunes talents sera organisé en Octobre 2019 par la Société Générale Cote d’Ivoire  afin de révéler des artistes talentueux mais peu connus. Les artistes retenus pour le concours bénéficieront d’un accompagnement de professionnels et surtout d’une communication importante autour de leur travail. C’est un concours que la Société Générale Cote d’Ivoire souhaite perpétuer.

La construction d’une “maison de l’Art”

Enfin , la filiale prévoit aussi construire « une maison de l’Art » à Grand-Bassam, ville historique de Côte d’Ivoire et patrimoine mondial de l’UNESCO afin de participer au développement du tourisme ivoirien et s’inscrire comme acteur dans ce processus de développement.

L’Art est une discipline qui fait partie intégrante de la culture ivoirienne et l’intérêt des banques à ce projet concoure non seulement à la promotion de la culture ivoirienne mais aussi au développement de l’art qui est un secteur  méconnu.

 

Par Sandra Manuella

*article sponsorisé*

 


x

A lire aussi

[Société] Quand les techpreneurs ivoiriens se mobilisent contre le COVID-19
Alors que le monde fait face à une crise sanitaire sans précédent dû au COVID-19, toute la communauté internationale est invitée à mobiliser les ...
[Société] Comment la pandémie du Coronavirus impacte les droits des femmes ?
Depuis plusieurs mois, une nouvelle maladie à coronavirus, le COVID-19 fait des ravages en vies humaines. Extrêmement contagieuse, on dénombre pl...
Recevez Ayana Chez-Vous