[Interview] Antonya David-Prince, artiste à l’âme vulnérable

Dans une société où on nous met dans des cases, Antonya David- Prince se définit comme une personne « multipotentielle ».
Consultant en marketing, promotrice d’événements culturels, styliste… aujourd’hui, c’est en tant qu’artiste que nous allons à sa rencontre avec la sortie de son 1er album « Vulnérâmes ».  Invitation à un voyage intime, Vulnérâmes est un recueil de textes poétiques mis en musique. 7 textes sublimés par des musiciens de talent dans lesquels Antonya partage un peu d’elle.

Elle nous en parle dans cet interview.

Présentez-vous aux Ayanas

C’est toujours un exercice un peu difficile pour moi. Je suis Antonya David-Prince, j’ai plusieurs casquettes : Senior Consultante Marketing, Promotrice d’événements culturels et en ce moment, artiste. Je suis née au Sénégal, j’ai grandi au Togo, et fait mes études en France et en Angleterre où j’ai démarré ma carrière dans l’événementiel après une maîtrise de biologie.

“J’adorais déjà jouer avec les mots”

Quand avez-vous commencé à écrire des poèmes ?

Je ne me rappelle pas exactement quand. A l’école primaire, j’adorais déjà jouer avec les mots… Avec mes frères, nous faisions des concours de moqueries et d’insultes…je gagnais souvent avec des tournures des plus farfelues.

D’où vous ait l’idée d’enregistrer cet album ?

J’avais enregistré sur mon téléphone portable un texte sur la situation socio-politique d’un de mes pays d’origine, le Togo et je l’ai envoyé à un ami, qui ayant été touché par ma voix et mes mots me dira-t-il plus tard, m’a invité en studio pour enregistrer des textes inédits de femmes pour un de ses projets artistiques. Il m’a dit avant de commencer : “tu veux pas essayer de me faire un de tes textes”.

On s’est retrouvé à enregistrer 1, 2, puis 3, puis 4 morceaux… Une histoire de hasard, même s’il paraît qu’il n’existe pas.

A lire aussi: [Interview] Sarah Yakan & Emilia Mambissa, femmes d’influence

Pourquoi “Vulnérâmes” comme titre de l’album ?

Je crois que j’avais trouvé un autre nom mais il n’avait pas convaincu mon producteur. Après quelques minutes de brainstorming, j’ai associé le mot vulnérabilité (car dans cet album je laisse entrevoir ma vulnérabilité) et le mot âme… C’est un mot que j’utilise beaucoup car je pense que les êtres humains sont avant tout, des êtres spirituels.

“La beauté pouvait naître de circonstances difficiles”

Pourquoi le thème de la vulnérabilité est aussi présent dans l’album ?

Parce que je me mets à nu… je crois et que j’avais envie de montrer que de la beauté pouvait naître de circonstances difficiles. Dans notre société où la performance est érigée comme valeur cardinale, j’avais envie de dire qu’on avait le droit aux blessures, aux fêlures, aux chutes et surtout qu’on pouvait l’exprimer.

On a beaucoup aimé le titre “Fast Love”. Dites-nous plus sur ce titre…

Fast Love est un titre très actuel, rempli de jeu de mots qui fait un parallèle entre le jeu de séduction et l’amour et la société de consommation. C’est le titre le plus long et le 1er single de l’album.

Ecouter “Vulnérâmes” 

Un dernier mot aux Ayana ?

Un des objectifs pour moi en allant au bout de ce projet était de créer des conversations sur des sujets que l’on aborde pas facilement, en particulier dans nos cultures. Alors, n’hésitez pas à partager avec moi des feedbacks sur vos ressentis à l’écoute de l’album, les idées, mots, expressions, émotions qu’il vous aura évoqués via mes réseaux sociaux – je serai ravie d’échanger avec vous.

Retrouvez Antonya sur Youtube, Twitter, Instagram, Facebook


x

A lire aussi

Prix Pierre Castel 2020 pour récompenser les meilleurs agro-entrepreneurs
Le vendredi 2 octobre se tenait à l’hôtel Azalaï, la cérémonie de remise du prix Pierre Castel 2020. Ce prix qui en est à sa troisième édition, a...
Mini Mag AYANA : Tatou Dembélé, fondatrice d'Ivorian Food et ambassadrice de la cuisine ivoirienne
Le Mini Mag Ayana est sorti ! Ce troisième numéro met en avant des figures bien connues de l'Internet ivoirien : Tatou Dembélé et son média Ivori...