Awa Traoré Sinanta, de survivante du cancer du sein à activiste

Awa Sinanta Traoré ayana femme africaine survivante du cancer du sein

*Initialement publié le 22/10/2019

Il y a de ces femmes qui savent transformer les citrons de la vie en de fraîches limonades. Awa Traoré Sinanta fait partie de cette catégorie de femmes. En 2015, elle se fait diagnostiquer un cancer du sein. Aujourd’hui, guérie, elle est présidente d’une ONG de lutte contre le cancer des femmes.

“J’ai été diagnostiquée le 18 février 2015 après une biopsie du sein au service de dermatologie du CHU de Treichville.”

Le 18 Février 2015, Awa apprend qu’elle a un cancer du sein. Quand on lui demande comment elle s’est sentie ce jour-là, elle répond: “je me suis sentie abattue, comme si le ciel me tombait sur la tête. Tout de suite, on pense qu’on va perdre la vie.” Pendant plusieurs mois, elle sera suivie par une équipe du service de cancérologie du CHU de Treichville. Elle nous avoue que le traitement est très difficile et stressant. Mais elle a suivi toutes les étapes de la difficile et douloureuse chimiothérapie jusqu’à la mastectomie (ablation du sein). Ensuite, Awa a dû faire une radiothérapie hors du pays parce qu’il n’était pas possible à l’époque, de le faire en Côte d’Ivoire.

 

A lire aussi: [Sexo] Sexualité et cancer du sein : Comment s’accepter et rester désirable pour son partenaire?

La présidente du RAL2CF  (Réseau des Amis de la Lutte Contre les Cancers des Femmes)

Une rencontre va être déterminante dans le reste de la vie de Mme Sinanta. En effet, elle rencontre Irène Medom, styliste-accessoiriste. C’est cette dernière qui va l’encourager à parler et lutter contre cette maladie qui fait des ravages dans le silence. Ensemble, elles vont créer une plateforme sur Facebook qui deviendra bien vite l’organisation qu’on connaît aujourd’hui. L’ONG  lutte à travers des conférences, des
témoignages et l’aide à la prise en charge des femmes malades du cancer du sein et celui du col de l’utérus.

“Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec plusieurs malades de l’intérieur et d’Abidjan qui attendent un soutien de notre part. Malheureusement, nous ne bénéficions d’aucune aide, ni de l’État ni d’une organisation internationale. Nous fonctionnons sur fonds propres et avec l’aide des amis de notre réseau. Nous avons depuis 2 ans que nous existons pu soutenir plusieurs femmes, de la chimiothérapie jusqu’à l’ablation sans oublier les ordonnances et les bilans sanguins.
Il faut dire que nous devons encore mettre l’accent sur la sensibilisation. Car les femmes arrivent avec un stade déjà avancé dans la maladie et nombreuses sont celles qui ne croient toujours pas à l’existence du cancer et préfèrent cacher leur mal. Conséquence? Le taux de mortalité reste toujours élevé.”

A lire aussi: [Témoignage] Confidences d’une cancer survivor: “Ne vous laissez pas tuer par votre sein.”

Un message pour toutes les Ayanas?

“Je dirais à mes sœurs de sortir nombreuses en ce mois d’Octobre pour se faire dépister. Parce que DÉPISTER tôt, le CANCER se GUÉRIT. Aussi, nous demandons un soutien à travers des dons en nature ou en espèces à notre organisation afin d’aider toutes ces femmes démunies souffrant du cancer du sein.”

Contacts: 59 68 88 50-79 22 04 04-66 38 83 38
Mail: ral2cfong@gmail.com

Awa Sinanta Traoré Ayana survivante du cancer du sein

A lire aussi: [Santé] Le cancer du sein, le combattre…


x

A lire aussi

Marie Kassé Papale, créatrice de Weltaaré, les Ateliers Feel Good : "on ne peut pas être 100 % parfaite"
Mamans, épouses, filles, soeurs, employées, employeurs, amies...les Ayanas doivent jongler continuellement entre plusieurs casquettes. La femme a...
Qui est Bozoma Saint John, celle qui markete les grandes marques plus vite que son ombre ?
Pepsi, Apple Music, Uber, Endeavor, Netflix… Autant de grandes enseignes qui n’ont qu’une seule chose en commun… Enfin plutôt une personne, qui n...