[Interview] Cassie Jale, artiste multi-disciplinaire passionnée

Cassie Jale, artiste multi-disciplinaire

Cassie Jale exposait lors de la soirée pré-event Ayana x Lili Women Festival. Souriante et chaleureuse, elle présentait ses peintures representant pour la plupart des femmes nues. Toujours dans la bonne humeur, elle accepta de nous accorder une interview. Parlons art et nudité de la femme ! 

 

Présentez-vous aux Ayanas

Je suis Cassie Jale, de mon vrai nom Kadidiata Diallo, artiste multi-discipline, peintre, fashion designer, accessoiriste, écrivaine et directrice artistique. Vous m’avez pour la plupart découvert lors du festival Lili Women 2018.

Pourquoi avoir choisi le pseudo de « Cassie Jale » ?

Cassie Jale me vient d’une série anglaise très connu[SKINS]. Cassie et Jalander appelée Jale par ses proches en sont des personnages.

Je me suis retrouvée dans ces 2 êtres fictifs et dès lors que la question du pseudonyme s’est posée, ce fut une évidence pour moi, comme un moyen d’exprimer une identité que je n’arrivai pas encore à assumer.

J’ai également trouvé très intéressant la ressemblance sonore que l’on perçoit entre jail et jale, le premier signifiant prison.

 

A lire aussi: [Mode] Street-Style de Saraï D’Hologne, artiste peintre

 

Quel a été votre parcours ?

Je suis titulaire d’un BTS  en Communication et Ressources Humaines, d’un Bachelor en Business Administration et d’un master en Marketing Opérationnel.

J’ai toujours été attirée par l’Art avec un grand A. Touche-à-tout,  j’ai commencé par la danse, puis je me suis tournée vers la création de vêtements et l’écriture. Enfin, depuis environ une dizaine d’années, je suis peintre.

En parallèle, je viens d’ouvrir mon atelier de création sis au marché de Treichville ; mêlant couture et accessoire et je travaille sur le lancement de ma première collection de vêtements.

Quelle est votre spécialité en tant qu’artiste ?

Je dirais la Création.

Mon imagination me permet de décliner une idée à travers de nombreux concepts englobants : peinture , création de vêtements et écriture.

 

A lire aussi: [Interview] Line Jaber : “La mode est un métier à part entière, un véritable business.”

 

Quel est l’artiste que vous admirez le plus ? Pourquoi ?

Aboudia THE ARTIST , est un peintre incroyable.

Je suis à chaque émerveillée par la beauté et l’ambiguïté de ses œuvres. Il arrive à vous transporter sans mal dans son univers pavé de couleurs, lumière, tout en abordant des sujets sensibles tels que les enfants de la rue ou la guerre. Pour moi, il est exceptionnel. C’est  l’expression du talent à l’état brut.

 

La nudité de la femme fait partie de votre art. Comment percevez-vous aujourd’hui le regard que porte la société sur le corps de la femme, sur sa nudité en particulier ?

Le regard que porte la société sur le corps de la femme, sur sa nudité en particulier est assez complexe. D’un côté, les médias font la propagande de la femme « sexy». De l’autre, la culture mystifie le corps de la femme lui accordant toujours un attrait sacrée, à tel point que le simple port d’une mini-jupe crée polémique.

Il existe un véritable conflit entre les dictats de la beauté actuels et notre environnement direct qui malheureusement fait la plupart du temps preuve d’une réelle étroitesse d’esprit nous associant uniquement à un physique, nous jugeant vis-à-vis de nos goûts vestimentaires.

Etre femme aujourd’hui, c’est être sujette aux regards désapprobateurs des autres ou autres commentaires sexistes, il devient dès lors difficile de s’ériger comme femme forte, confiante, libérée, assumant son corps et sa féminité. Avoir confiance en soi devient un exploit.

Une chose est donc sûre : la femme africaine est constamment jugée car notre société oscille entre l’acceptation de sa culture et les influences occidentales .

Une problématique qui vous tient à cœur et que vous abordez souvent dans votre travail ?

Les relations Humaines.

Je suis fascinée par l’envergure de ce sujet. Il est d’une telle complexité et beauté qu’il me permet d’explorer avec passion et dévouement une gamme d’émotions sans pareil. Le but ultime de mon art étant de partager avec vous ma part de vérité dénouée de toutes ces barrières que la société et les hommes avec grand H nous mettent.

Un dernier mot ?

Je voudrais en premier lieu rendre grâce a Dieu, remercier ma famille sans qui je ne serai pas là aujourd’hui mais aussi toutes ces personnes qui me soutiennent de près ou de loin.

En décidant d’embrasser la carrière d’artiste, je me suis posée la question de savoir quel est le message à véhiculer et comment, grâce à vous ,votre soutien aujourd’hui je sais.

Merci de croire en moi.

 


x

A lire aussi

Eleemane HK, artiste et attaché de presse des danseuses de Beyoncé et Rihanna
Artiste sénégalais, Eleemane HK collabore avec les danseuses de Beyoncé et Rihanna : Diddi Emah et N'qobilé. À 26 ans, il est directeur artistiqu...
Awa Traoré Sinanta, de survivante du cancer du sein à activiste
*Initialement publié le 22/10/2019 Il y a de ces femmes qui savent transformer les citrons de la vie en de fraîches limonades. Awa Traoré Sina...