Mamacita VS Sidiki Diabaté : Les mouvements féministes se mobilisent

Halimatou Soucko dénonce les violences de sidiki diabaté

L’histoire commence sur Twitter. Une personne se disant proche de Mariam Sow alias Mamacita, la concubine du chanteur malien Sidiki Diabaté, dénonce les mauvais traitements que subit Mariam depuis des années.

 Vous pouvez lire aussi : [Interview] Pamela Badjogo: une voix engagée contre les violences faites aux femmes

Révélations sur les violences

Après plusieurs années de vie commune, il semblerait que l’idylle entre Mariam Sow et Sidiki Diabaté n’ait été qu’une tourmente pour la jeune femme. En effet, sur un post Twitter, un internaute n’a pas hésité à parler des violences commises sur Mariam Sow par son conjoint Sidiki. Photos sensibles à l’appui ! Suite à cela, un média malien a décidé de délier les langues en accusant publiquement l’artiste.

 

Le bourreau de Mama Sow (Mamasita) est l’artiste malien Sidiki Diabaté. 7 ans qu’il s’acharne sur la pauvre jeune femme. Tout le monde est au courant. On ne révèle aucun secret. Orpheline de mère, un père absent, Mama arrive enfant au Mali. Et son malheur commence à la fin de l’adolescence lorsqu’elle rencontre Sidiki Diabaté. C’est le début de l’enfer : battue, avortée de force plus de 11 voire 15 fois selon certains. Il ira jusqu’à tenter de la tuer en la poussant du deuxième étage, en mettant un pistolet dans sa gorge et en tentant de lui rouler dessus avec sa Range Rover devant des dizaines de personnes. Iba One, Bijoux Siraba, le manager de Palmer (Alexis Wayne) et beaucoup d’autres ont tous essayé de sauver Mama, sans succès. On savait depuis 2016. Mais Mama était trop fragile et Sidiki était soutenu par le pouvoir en place. On se tient à la disposition de toute la presse nationale et internationale pour les preuves. (.)

Source : Mali Jolies Dew

 

Les féministes appellent au boycott

Il n’en fallut pas plus pour que les mouvements féministes se lèvent afin que justice soit rendue. L’affaire n’étant pas connue de tous, il a fallu plusieurs jours aux féministes pour s’informer et intervenir. Les militantes maliennes se sont mobilisées afin de trouver la victime et l’aider à porter plainte suites aux traumatismes lors de sa tumultueuse relation.

En plus, un appel au boycott a été lancé contre l’artiste afin de ne pas laisser ses actes impunis. D’autant plus que l’artiste n’a pas trouvé important de démentir les faits ou de réagir face à la situation. Par conséquent, cette indifférence a été le facteur clé de ce boycottage. Une vague de soutiens à Mamasita ainsi que des hashtags #JESUISMAMASITA et #BoycottonsSidicki sont apparus sur la toile.

Les féministes ont gagné une première bataille. Elles ont obtenu le boycott de l’artiste de la cérémonie des AFRIMMA AWARDS où il était nommé dans 3 catégories. Il en est de même pour la cérémonie des PRIMUD AWARDS où l’artiste a été suspendu.

Suite aux pressions féministes, certains médias maliens, nous ont affirmé que le chanteur serait en garde à vue. Pour répondre des accusations de torture, séquestrations et coups et blessures volontaires sur la personne de Mariam Sow. On vous tient informé sur nos comptes réseaux sociaux.


 

Silence de l’artiste

En ce qui concerne l’artiste, il ne s’est pas réellement prononcé sur l’affaire. Il publie quelques proverbes ou parle de sa nomination aux cérémonies de récompense. Plus grave encore, il aurait fait certaines interviews, où il soutiendrait que les violences dans le couple étaient normales. Ce qui sema encore plus le doute sur sa culpabilité.

 

Beaucoup de fans s’interrogent sur la culpabilité de l’artiste. La plupart sont déçus. En effet, le chanteur a perdu en l’espace d’une semaine plus de 700 000 abonnés sur son compte Facebook officiel. Laissant ainsi apparaître un message clair de la part des fans. Pour la présomption d’innocence prônée par ses proches, les féministes, aussi répondent par la présomption de culpabilité. De plus, pourquoi l’artiste ne se défend-il pas ?

L’arrestation

Suite au scandale, le 21 Septembre 2020, le chanteur Sidiki Diabaté a été déféré à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako. Il est accusé de coups et blessures volontaires, de violences et de séquestration suite à la plainte de son ex-compagne. Jusqu’à présent, l’artiste ne s’est pas exprimé sur l’affaire. Mais la tournure prise par l’affaire émeut fans et personnalités qui adressent tant bien que mal leurs soutiens à l’artiste malgré l’acte…

À lire aussi : Les féministes prennent le pouvoir sur les réseaux sociaux: entretien avec Traoré Bintou Mariam

L’affaire est à suivre de très près. Le combat féministe en Afrique a évolué à grand pas. Les femmes dans de telles situations ne seront plus jamais seules. De plus, l’ampleur de l’affaire, nous amène à voir que le web activisme contrairement aux critiques, a participé à la démystification des personnes dites “intouchables” en raison de leurs notoriétés face à leurs méfaits. Le combat est noble, les violences aux femmes et la culture du viol ne seront plus jamais tolérées.

 

Photo à la une : Halimatou Soucko


x

A lire aussi

[Societé] Côte d'Ivoire: Ces numéros utiles à composer en cas de violences basées sur le genre
"Personne ne devrait subir des violences à cause de son genre". Si vous vivez des cas de violences : viols, coups, menaces, sachez que vous n'ête...
[Couple] Violences conjugales, reconnaître l’inacceptable
L’amour en lui-même prône le pardon, et pour cette raison deux personnes mariées décident de ne pas abandonner dès les premiers signes de tension...