Ayanawebzine https://ayanawebzine.com l'Africaine dans l'air du temps Thu, 25 Jun 2020 08:53:00 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.2.5 [Sexo] Les pratiques sexuelles les plus insolites https://ayanawebzine.com/blog/sexo-les-pratiques-sexuelles-les-plus-insolites/ https://ayanawebzine.com/blog/sexo-les-pratiques-sexuelles-les-plus-insolites/#respond Wed, 24 Jun 2020 11:58:47 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38135 La sexualité, aujourd’hui, tend de plus en plus à être libérée et à être de moins en moins un tabou. Le plaisir entre partenaires ne cesse de se réinventer et laisse libre court aux fantasmes les plus originaux et les plus insolites. Si vous vous trouviez bizarre, à cause d’un fantasme inavouable, attendez de lire la suite de cet article.

Lisez aussi : [Sexo] Comment en finir avec la sécheresse vaginale?

Anulingus

De plus en plus populaire mais toujours aussi tabou, le cunnilingus version anus, consiste comme son nom l’indique à lécher avec la langue ou sucer l’anus de son partenaire. Pendant le préliminaire ou pendant le rapport, il est pratiqué par les femmes lors de la fellation pour stimuler le point G des hommes ou par les hommes pour faciliter la sodomie ou simplement par envie.

La scatophilie

Les interdits sont tellement excitant pour certaines personnes au point où certains arrive à tirer plaisir des excréments. La scatophilie désigne le plaisir que peuvent éprouver certaines personnes à manger ou s’enduire le corps d’excréments de son partenaire. Une variante consiste à aimer déféquer dans ses sous-vêtements, en public parfois. Le sentiment de honte et la crainte d’être vu peuvent provoquer l’excitation…

Le fétichisme des pieds

Il existe plusieurs fétichismes, mais celui des pieds étant l’un des plus répandus, est celui dont on parlera aujourd’hui. La personne fétichiste peut souhaiter contempler des pieds pour se masturber, toucher le pied ou être touchée par le pied sur le corps, mais aussi sur le pénis ou les testicules. Elle peut vouloir le sentir, le respirer, le lécher, sucer les orteils. Il est le plus souvent associé aux hommes qui veulent se faire dominer.

Le voyeurisme

Un voyeurisme tire une satisfaction sexuelle de l’observation d’autres personnes nues, en sous-vêtements ou en train de réaliser des actes sexuels, en bref, dans des situations habituellement réservées à la sphère privée. De plus, le voyeur ne prend son plaisir que si celui ou celle qu’il observe n’a pas conscience d’être vu.

La klysmaphilie

Appelé aussi clystérophilie, elle consiste à s’injecter des liquides divers dans l’anus pour les éjecter ensuite. Ce qui ferait grimper l’excitation. Il s’agit d’une paraphilie qui se décline en une fascination pour les lavements et l’anus.

Le ponyplay

Il s’agit d’une pratique Sadomasochiste qui vient des USA. L’un des partenaires est harnaché comme un poney avec le matériel d’équitation et il doit obéir aux ordres de son maître ou maîtresse. Si vous aimez dominer et faire de l’équitation, cette pratique est pour vous.

La pseudo-nécrophilie

Variante plus soft de la nécrophilie, illégale, la pseudo-nécrophilie consiste à faire l’amour avec une personne qui fait semblant d’être morte après s’être immergée dans un bain d’eau glacée. Elle est motivée par le désir de posséder un partenaire qui ne résiste pas et avec qui il peut tout faire sans se voir opposer de refus.

L’infantilisme

L’infantilisme est le fait d’aimer porter des couches-culottes, comme les enfants. Répertorié le plus souvent chez les hommes, ceux-ci ont des déviances dans le genre de ne vouloir coucher qu’avec des nourrices pour pouvoir à nouveau boire le lait maternel et pouvoir se comporter comme un enfant…

L’ondinisme

L’ondinisme est une activité sexuelle visant à obtenir une excitation sexuelle et un plaisir avec l’urine. Par la vue, l’odeur, le toucher ou l’absorption et le goût. Sa forme la plus extrême est appelée le soupeur. Le soupeur lui est un individu qui laisse volontairement des bouts de pain dans les urinoirs publics dans le but de les manger après…

L’émétophilie

L’émétophilie ou fétiche du vomi est une pratique sexuelle consistant à aimer vomir sur son partenaire ou à se faire vomir dessus… Apprécier par les amateurs de gorge profonde, certains émétophiles trouvent l’acte de vomissements érotiques, comme des spasmes, l’éjaculation ou un soulagement.

Cuckolding

Variante de l’échangisme, c’est une pratique sadomasochiste qui consiste à humilier une personne dominée. Soit l’homme soit la femme en présence d’un(e) amant(e) avec des propos ou pratiques blessantes. Cette pratique est réalisée avec l’accord de la personne dominée, dans le seul but d’assouvir son plaisir.

Côte-à-côtisme

Le côte-à-côtisme est une pratique sexuelle libertine qui consiste à faire l’amour avec son partenaire en présence d’autres couples qui se livrent au même exercice. À la différence de l’échangisme, il n’y a aucun contact entre les deux couples. Le plaisir des yeux est celui recherché dans cette pratique.

 

Comme vous l’aurez remarqué, il existe des tas de pratiques sexuelles différentes l’une de l’autre, souvent bizarres. Le plus important, c’est d’être à l’aise et épanouie avec sa sexualité et son corps. Tout en privilégiant constamment le consentement.

Audrey Kouachy

Photo à la une : MikeyGen73/istockphoto

A lire aussi: [Sexo] Ce que les femmes aiment qu’on leur fasse au lit

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/sexo-les-pratiques-sexuelles-les-plus-insolites/feed/ 0
[Cuisine] Cuisine avec Kate’s Pancakes : Les crêpes au yaourt https://ayanawebzine.com/blog/cuisine-cuisine-avec-kates-pancakes-les-crepes-au-yaourt/ https://ayanawebzine.com/blog/cuisine-cuisine-avec-kates-pancakes-les-crepes-au-yaourt/#respond Wed, 24 Jun 2020 11:47:27 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38460 Bonjour à vous, chères Ayanas ! J’espère que vous ainsi que vos proches, vous portez à merveille. Ce jour restera culte pour Kate’s Pancakes car il s’agit de notre première apparition sur Ayana Webzine : quel honneur ! Sans plus tarder, voici la recette que nous vous proposons : LA CRÊPE AU YAOURT. À la fois simple et gourmande, cette recette met en avant le yaourt, un produit accessible et bon pour la santé !

Focus : Le yaourt est un produit laitier dont le nom dérive du verbe turc “yogmak” signifiant coaguler ou cailler. En quête d’innovation, notre équipe s’est penchée sur cet ingrédient aromatisé et onctueux qui regorge d’apports nutritifs, et aux vertus diverses : la réduction de la fatigue, la régulation du sommeil, la coagulation sanguine.

Passons à notre atelier culinaire !

Ingrédients :

  • 2 pots de yaourt
  • 2 œufs
  • 30 g de sucre
  • 12 cl de lait
  • 12 cl d’eau
  • 2 cas de rhum ambré
  • 220 g de farine
  • 40 g de beurre fondu

Préparation :

Étape 1 :

Versez dans un saladier, le yaourt et délayez. Ajoutez ensuite les deux œufs et le sucre, et mélanger le tout jusqu’à obtenir une pâte bien homogène.

Étape 2 :

Y incorporer les 20 cl de lait ainsi que l’eau.

 

Étape 3 :

Parfumer le mélange obtenu avec 2 cas de rhum ambré.

 

Étape 4 : Incorporer la farine au mélange contenu dans le saladier et mélanger le tout à l’aide du fouet ou d’une batteuse électrique

 

Étape 5 : Ajouter du beurre fondu et remuer le tout.

 

Enfin, nous obtiendrons une pâte assez lourde et homogène.

Passons à la cuisson, il vous suffit d’une simple poêle.

Cuisson :

Étape 1 :

Beurrer la poêle en répartissant sur sa surface un peu de beurre. Puis, y incorporer le mélange du saladier à l’aide d’une louche.

Étape 2 :

Faire dorer chacune des faces de la crêpe au moins 2 minutes. Ensuite, à l’aide d’une spatule, retirez la crêpe et disposez-la dans une assiette pour le dressage.

 

Voilà votre crêpe est prête ! Vous pouvez la manger nature ou y adjoindre quelques fruits (au choix).

Pour les plus gourmands nous proposons de la chantilly, du chocolat, du miel ou pourquoi pas du… Yaourt ? Moi je l’aime comme ça.

 

 Astuce gourmande !

Pour donner meilleur goût à la pâte, variez les yaourts en mixant deux saveurs (nature et vanille).

 

À bientôt pour d’autres recettes, au plaisir de vous servir.

Régalons-nous vivants !

Suivez Kate’s Pancakes sur Facebook

À lire aussi: [Cuisine] Recette du Chia Pudding aux fruits

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/cuisine-cuisine-avec-kates-pancakes-les-crepes-au-yaourt/feed/ 0
[News] Monpasseport.ci: votre demande de passeport depuis chez vous https://ayanawebzine.com/blog/news-monpasseport-ci-votre-demande-de-passeport-depuis-chez-vous/ https://ayanawebzine.com/blog/news-monpasseport-ci-votre-demande-de-passeport-depuis-chez-vous/#respond Mon, 22 Jun 2020 09:49:49 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38444 Alors que nous limitons de plus en plus nos déplacements, la SNEDAI Côte d’Ivoire innove avec Monpasseport.ci, une plateforme fiable et sécurisée pour toutes nos demandes de passeport. Dorénavant, vous pouvez tranquillement de chez vous, commencer les démarches pour renouveler ou obtenir votre passeport. On y a fait un tour et voilà ce qu’on en retient.

Un processus simple et rapide

La demande de passeport est beaucoup plus simple sur www.monpasseport.ci. Vous savez, tant que ça peut nous éviter des files d’attente, nous sommes partantes. Après la création de votre compte utilisateur, vous pourrez suivre les différentes étapes jusqu’à la confirmation de votre rendez-vous en agence. La plateforme vous permet de:

  1. Créer et activer de votre compte utilisateur
  2. Remplir le formulaire de pré-enrôlement
  3. Prendre rendez-vous sur un site d’enrôlement: vous choisissez la date et l’heure du rendez-vous selon votre disponibilité
  4. Payer les frais de passeport en ligne par Orange Money, MTN Money ou encore Ecobank

Après ces 4 étapes, vous recevrez votre attestation de rendez-vous, un reçu de paiement, le formulaire d’enrôlement et le reçu annexe.

En agence digitale

Parallèlement au lancement de monpasseport.ci, la SNEDAI a ouvert l’agence e-passeport Djibi, première d’une série d’agences digitales. Après votre prise de rendez-vous en ligne, vous pouvez vous y rendre à la date convenue. En moyenne, vous y passerez juste vingt à trente minutes. C’est rapide. L’essentiel du processus aura été fait en amont.

 

Avantages

  • Gagner du temps
  • Processus de demande simple et rapide
  • Une prise de rendez-vous à notre convenance

 

Voilà ! Vous en savez un peu plus sur la plateforme Monpasseport.ci. À vous de la tester maintenant et de nous faire vos retours. Pour plus d’informations, contactez l’infoline au 03 62 62 19 / 22 51 08 08 ou sur la page Facebook de la SNEDAI

 

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/news-monpasseport-ci-votre-demande-de-passeport-depuis-chez-vous/feed/ 0
[Interview] Pamela Badjogo: une voix engagée contre les violences faites aux femmes https://ayanawebzine.com/ayana/interview-pamela-badjogo-une-voix-engagee-contre-les-violences-faites-aux-femmes/ https://ayanawebzine.com/ayana/interview-pamela-badjogo-une-voix-engagee-contre-les-violences-faites-aux-femmes/#respond Mon, 22 Jun 2020 06:51:18 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38436 Alors que depuis le confinement, le nombre de violences domestiques a grimpé, la chanteuse gabonaise à la voix soul bantue Pamela Badjogo montre une fois de plus son engagement féministe avec le titre “Respectez-nous”. Derrière la musique dansante, un réel message: le respect mutuel entre hommes et femmes peut garantir l’égalité des genres. Un titre qui vient s’ajouter à ses nombreuses prises de parole contre les oppressions que subissent les filles et les femmes au quotidien. En février 2017, elle était porte-parole du collectif “Les Amazones d’Afrique”. En 2018, elle co-fonde le colletif Moussoya yé Kobayé avec Amie Yerewolo, une rappeuse engagée. Depuis 2016, elle est marraine de l’école associative Karama, une association qui soutient les enfants des rives du fleuve Niger au Mali.Découvrez cette artiste qui met sa musique et sa voix au service de la cause féministe.

Si vous deviez vous présenter en 3 mots, ce serait lesquels?

Artiste, Féministe, Joyeuse !

Alors qu’en plein confinement, les violences domestiques augmentent, vous sortez un single militant “Respectez-nous”. Pouvez-vous nous en dire plus?

Dès le moment où le numéro 114 a explosé d’appels (une ligne verte mis en place par le gouvernement français), les vidéos de violences conjugales ont commencé à circuler sur la toile… particulièrement celle de cette dame qui tombe d’un immeuble à Abidjan. Je me suis dit que si je ne réagissais pas d’une manière ou d’une autre, je me rendais complice de tels actes. C’est comme un témoin qui voit une scène de crime et qui choisi de se taire. Pour moi, il est autant criminel que l’assassin.

Si les paroles sont engagées, vous avez pourtant choisi de les chanter avec une musique aux consonances joyeuses. Pourquoi ce décalage?

Aujourd’hui, nous menons toutes ces actions pour les générations futures. Et notre cause est universelle alors autant sensibiliser une bonne fois dans une langue de grande portée. Nos mamans ont évolué dans un système avec un patriarcat trop prononcé. Ma propre mère me demande souvent de faire doucement. Mais nos enfants ont la chance de grandir dans un environnement un peu moins fermé. Ma cible, ce sont les jeunes. Alors, le challenge était d’utiliser leurs vocabulaires et d’en faire des paroles poignantes pleines de convictions dans l’espoir de créer une émotion. Je cherchais à porter une indignation qui mènerai à une prise de conscience. Celle du respect entre hommes et femmes. Puisque c’est la base de toute relation.
En utilisant une musique d’ambiance le message est diffusé dans la bonne humeur et la joie. Et même si l’auditeur n’adhère pas à la cause, il se retrouve embarqué par celle-ci de façon inconsciente. Au final, on réussit à captiver une plus grande audience.

La cause des violences faites aux femmes est celle qui vous tient le plus à coeur. Quelle est votre histoire avec le sexisme et les violences? D’où vient votre engagement?

En Afrique, les statistiques sont difficiles à obtenir mais je m’engage à affirmer que 100% des femmes ont déjà subi au moins une fois une situation d’harcèlement dans leur vie. Adolescente, j’ai beaucoup souffert de mes formes car j’étais trop souvent accostée par des vieux. Je me souviens encore des tatas qui me disaient d’en être fière quand je me plaignais. J’en souffrais et j’en étais arrivé à m’habiller en garçon manqué pour avoir la paix. J’étais une petite fille hyper active. Je voulais grimper dans les arbres et sauter partout, jouer au foot comme mes frères. D’ailleurs, j’ai fugué à 11 ans pour aller jouer une finale de football avec l’équipe de mon collège (rires). Mais ma nature m’a valu d’être souvent taxée d’expressions un peu dévalorisante alors que je n’étais qu’une enfant résolument bien dans ma peau. En tout cas, je dérangeais. Et, jeune adulte j’étais rebelle comme pas possible. Ensuite, j’ai vécu 13 ans au Mali, la culture patriarcale et le niveau de soumission de la femme m’a semblé « too much ».  À 29 ans quand je suis tombé enceinte de ma fille, je suis rentrée dans une phase de questionnement profond. La protection et la valorisation des droits de la femme ont raisonné naturellement pour moi comme étant la lutte la plus importante de notre génération.

À lire aussi: [Societé] Côte d’Ivoire: Ces numéros utiles à composer en cas de violences basées sur le genre

Considérez-vous que la musique peut être un bon moyen de faire bouger les choses à ce niveau?

Oui, sans hésitation ! Je ne connais aucune cause qui n’a pas fait appel à la musique à un moment donné, soit pour adoucir ou raffermir les mœurs. La musique est à elle seule un langage qui a la capacité de toucher la sensibilité d’un auditeur jusqu’au cœur. C’est la raison pour laquelle je n’hésite pas à utiliser cette arme que Dieu m’a donné gratuitement.

Parlez-nous de la collaboration avec “Les amazones d’Afrique”. Comment le groupe a été formé? Comment avez-vous vécu cette expérience?

Les amazones d’Afrique sont un magnifique collectif de femmes d’horizons différentes qui se réunissent par saison pour revendiquer les droits des femmes. Je dirais sans hésitation que parcourir le monde comme porte-parole de ce collectif en 2017-2018 m’a conforté dans mon engagement et dans le métier de la musique. Nous avons laissé le flambeau à d’autres chanteuses pour une nouvelle saison et elles assurent comme des cheffes !

Ce qui nous frappe dans ce groupe, c’est la sororité, des femmes qui se réunissent autour d’une cause. Est-ce une valeur que vous prônez au quotidien?

Totalement, un proverbe africain dit qu’un seul doigt ne peut pas laver le visage. Ensemble, nous sommes plus fortes et plus nous sommes nombreuses avec des cultures différentes, plus nous touchons des publics éclectiques. C’est la force de ce groupe et c’est – je pense- la clé pour obtenir des résultats efficaces car nos gouvernements africains sont timides par rapport à notre lutte.

Votre engagement ne s’arrête pas à la musique. Vous êtes la fondatrice de “Fée-ministres”. Quelles actions posez-vous avec l’association?

Depuis 2016, je suis présidente de l’association MOUSSOYA YE KOBAYE ( la femme est précieuse). Cette association fait de la sensibilisation contre les violences conjugales au Mali en partenariat avec ONUFEMMES Mali .
Avec l’association Raphia que j’administre ici en France, nous avons effectivement mis en place un projet collectif «Fée-ministres ». Ici; 10 femmes artistes, graphistes, administratrices, journalistes, expertes comptable et communicantes dispersées dans le monde se réunissent pour débattre et proposer des solutions (France, Gabon, Mali, Sénégal, Cote d’ivoire).
Nous imaginons la Fée- ministre comme un personnage porteur d’une vision non patriarcale dans une société ultra codifiée où le genre est l’un des premiers critères.
Ce personnage est né d’une histoire racontée par l’une d’entre nous à sa fille, pour contrebalancer les stéréotypes discriminatoires et montrer que les garçons comme les filles peuvent être libres de leurs choix et sortir d’un rapport de dominant·es/dominé·es.
La première action du collectif est la création de T-shirts, dont la vente permettra de reverser une partie des bénéfices à des femmes assez courageuses pour porter plainte contre leurs agresseurs. La deuxième sera l’édition d’un livre pour enfant « La Fée-ministre » et s’en suivra d’autres projets au fur et à mesure …

Vous êtes les bienvenues si vous souhaitez vous joindre à notre folie.

Que voulez-vous qu’on retienne de votre titre “Respectez-nous”?

Je n’ai aucune prétention. Je souhaite juste apporter ma petite pierre à cette lutte qui m’habite profondément et que nous ne sommes pas encore prêtes de gagner …
Notre lutte va être longue. L’histoire nous montre qu’elle a débuté depuis le siècle précédent, mais nos filles auront des meilleurs conditions que nos mères.

« Respectez- Nous » c’est un cri du cœur pour plus d’égalité entre homme et femme.

Écoutez également Pamela Badjogo via les différentes plateformes de streaming : https://lnk.to/PB_RespectezNous

 

À lire aussi: [Interview] Lamazone Wassawaney, une plume- un combat: mettre fin aux violences sexuelles

]]>
https://ayanawebzine.com/ayana/interview-pamela-badjogo-une-voix-engagee-contre-les-violences-faites-aux-femmes/feed/ 0
[Beauté] Ces huiles végétales et leurs bienfaits sur nos cheveux https://ayanawebzine.com/blog/beaute-ces-huiles-vegetales-et-leurs-bienfaits-sur-nos-cheveux/ https://ayanawebzine.com/blog/beaute-ces-huiles-vegetales-et-leurs-bienfaits-sur-nos-cheveux/#respond Fri, 19 Jun 2020 07:44:59 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38383 De même que la peau, les cheveux ont besoin d’entretien. Il ne suffit pas de les tresser et de les laver quand ils sont sales. Le cuir chevelu vit, vos cheveux vivent. Ils ont donc besoin d’un peu de soin pour être au top de leur forme. Les huiles végétales peuvent être d’excellents alliés beauté. Selon vos besoins en termes de soin, vous choisirez l’huile adéquate. Voici donc une liste de 5 huiles végétales et leurs bienfaits sur nos cheveux.

Huile de Coco

Le coco qui est un fruit qu’on connait et apprécie surtout pour son eau, permet aussi de prendre soin des cheveux. Son huile tonifie et fortifie les cheveux. Elle permet aussi une bonne hydratation et lutte contre les cassures des cheveux. Vous pouvez vous même la produire à la maison ou l’acheter dans des grandes surfaces.

Vous pouvez lire: [Beauté] Pourquoi le curcuma est un excellent allié beauté?

Huile d’avocat

Comme le fruit, l’huile d’avocat est riche en acides gras et en vitamines, notamment la vitamine E. Cette dernière a pour effet de stimuler la pousse des cheveux et de favoriser la circulation sanguine. Comment l’utiliser? Vous appliquez l’huile sur le cuir chevelu et vous massez délicatement.

Huile de pépin de raisin

L’huile de pépin de raisin est riche en anti-oxydant et donc efficace contre le vieillissement. Elle redonne vigueur et éclat aux cheveux secs et les réparent. Son fort pouvoir de pénétration fait d’elle une bonne huile surtout pour les cheveux crépus. Elle peut être aussi utilisée comme masque capillaire si vous avez les cheveux secs, fin ou abîmés.

@alexander Prokopenko

 

Huile de Ricin

L’huile de Ricin est le “chouchou” de la pousse des cheveux. Elle est très nourrissante et hydrate le cuir chevelu mais attention à ne pas en abuser. Cette huile végétale est grasse et votre cuir chevelu pourrait vite s’y habituer. Utilisez-la donc en masque 1 fois par semaine en vous massant le cuir chevelu. Elle peut être utilisée en synergie avec d’autres huiles pour résoudre des types de problèmes précis comme la chute des cheveux ou les pellicules.

Huile d’olive

L’huile d’olive est aussi un parfait protecteur et nourrit les cheveux desséchés. Comment l’utiliser? En bain d’huile, appliquée sur toute la chevelure puis enveloppée dans une serviette chaude pendant au moins une heure. Elle vous redonnera de la brillance à vos cheveux surtout sils sont secs. Ce bain peut se faire 1 fois par semaine.

 

Pour finir, si vous mettez un peu plus de cœur dans l’entretien de vos cheveux, ils seront moins cassants et pourront pousser convenablement jusqu’à avoir une longueur inespérée.

Vous pouvez lire aussi: [Beauté] 5 marques de cosmétiques africaines bio et naturelles

 

Photo à la une: Juan Manuel Merino / Unsplash

 

 

Sandra K

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/beaute-ces-huiles-vegetales-et-leurs-bienfaits-sur-nos-cheveux/feed/ 0
[Job] Les erreurs à éviter quand vous postulez en ligne https://ayanawebzine.com/blog/job-les-erreurs-a-eviter-quand-vous-postulez-en-ligne/ https://ayanawebzine.com/blog/job-les-erreurs-a-eviter-quand-vous-postulez-en-ligne/#respond Wed, 17 Jun 2020 08:29:57 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38381 Trouver un travail n’est pas une tâche des plus aisées. Mais maintenant, nous pouvons postuler en ligne. Et même si en postulant en ligne, on s’attend a une démarche plus souple, il faut faire attention car il y a des pièges à éviter. On vous dit tout dans la suite de cet article.

 

©VitalikRadko/Depositphotos

À lire aussi : [Job] Pourquoi mes demandes d’emploi restent-elles sans suite?

Dans le Curriculum Vitae 

Toutes les informations sur votre CV sont sensées être vérifiables. Aussi, est-il primordial d’éviter de mentir sur son CV au risque de non seulement rater sa chance, mais aussi d’être mis sur liste noire comme Persona non-grata.

Veillez à l’ordonner du plus important au moins important. Le recruteur doit voir beaucoup de dossiers, il est important de commencer par le plus susceptible de capter son attention.

De plus, ne vous attardez pas à remplir votre CV d’informations inutiles pour l’offre à laquelle vous postulez. En effet, si vous postulez par exemple pour une offre de gestionnaire commerciale, il est inutile de mentionner que vous avez été masseuse dans un spa dans vos expériences à moins que vous vouliez masser votre patron pendant vos heures creuses. Privilégiez les expériences en rapport avec le travail recherché. Vous risquez d’ennuyer le recruteur avec du contenu qui ne l’intéresse pas.

Vous ne devez pas mentionner le poste que vous occupiez avant sans donner de détails sur les tâches susceptibles de vous valoriser.

Pour finir, évitez de donner trop de détails sur vos informations personnelles. L’entretien est là pour ça. Limitez-vous à votre nom/prénom, numéro de téléphone, adresse mail et compte LinkedIn. Cela vous permettra de gagner de la place et de remonter les informations les plus intéressantes.

 

Dans la lettre de motivation

Avant tout propos, veuillez bien vous renseigner sur l’entreprise et sur le destinataire de votre lettre afin de ne pas rater votre cible. N’adressez pas une lettre au directeur de l’entreprise alors que c’est le directeur des ressources humaines qui recevra votre lettre.

Tout comme le CV, la lettre de motivation doit être personnalisé. Ne commettez pas le cliché de présenter une lettre passe-partout. Il n’y a pas meilleur moyen pour faire comprendre au recruteur que vous postuler partout et que vous ne vous êtes pas investi dans votre requête. Vous pouvez vous baser sur un modèle que vous devrez adapter selon l’offre.

De plus, n’hésitez pas à étaler vos connaissances sur l’entreprise, sans exagérer bien sûr. Montrez surtout vos connaissances sur les plus grands succès de l’entreprise, ce qui vous motive à vouloir faire partie de l’équipe pour mieux bâtir ensemble. Assurez-vous d’être toujours sous votre meilleur jour en mentionnant ce que vous avez apporté en tant que membre de votre ancienne équipe, en combien de temps vous l’avez apporté.

“J’ai l’honneur”, “je vous écris cette lettre”, “par la présente, je vous adresse ma candidature pour le poste de”,  ces formules de politesse sont désormais partie du moyen-âge. Adaptez votre formule de politesse, soyez originale tout en restant courtois et respectueux.

Bannissez aussi le conditionnel. Affirme- vous plutôt comme celui qui correspond à l’offre, sans en aucun cas mentir pour enjoliver les choses, par exemple sur votre esprit d’équipe alors que vous êtes meilleur quand vous travaillez seul. Assurez-vous de toujours pouvoir prouver ce que vous dites dans votre lettre.

Pour finir, l’erreur ultime serait de prendre la lettre de motivation pour une lettre de louange à votre égard. La lettre est sensée répondre à la question : pourquoi voulez-vous ce job ? Vous devez montrer vos qualités, vos possibles apports et vos valeurs en accord avec la société, ne vous éloignez surtout pas du sujet.

Igor Vetushko/ Depositphotos

Dans la mise en forme

Beaucoup de personnes commettent l’erreur à ce niveau, alors qu’elle aussi a son importance. La mise en page de votre CV et de votre LM doit être sobre afin d’être facilement lisible pour le recruteur.

Si vous vous croyez originale en mettant un grand nombre de couleurs par exemple, imaginez que le recruteur déteste toutes ces couleurs et ne prenne pas la peine de lire votre dossier, car il lui fait mal aux yeux.

Aussi, optez pour une police de caractère sans fantaisie, évitez les paragraphes trop longs et insérer une photo simple.

Grands ennemis des recruteurs, les fautes d’orthographe, de grammaire, et de style sont à bannir de vos documents. Relisez-vous à chaque phrase. Ne vous fiez pas seulement au correcteur automatique, demandez un avis tiers si possible, au risque de paraître négligé et non-engagé dans votre quête. Justifiez votre texte qui ne doit pas être terriblement long et évitez les abréviations non-officielles au risque de paraître paresseux.

Bonus : À l’ère du digitale, il est primordial d’avoir un compte LinkedIn même si vous ne cherchez pas d’emploi, actualisez le et montrez-y l‘étendu de vos connaissances dans votre matière de prédilection et même dans d’autres domaines. Ce que vous risquez ? Attirer l’attention de plus de recruteurs prêts à vous débaucher.

Vous le voulez ce job ou pas ? À vous de jouer maintenant chères Ayanas. Bonne chance !

Audrey Kouachy

Photo à la une :  Igor Vetushko/Depositphotos

Lisez aussi : [Job] Les meilleurs sites pour trouver un emploi à l’ère du digital

 

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/job-les-erreurs-a-eviter-quand-vous-postulez-en-ligne/feed/ 0
[Interview] Marie Madeleine Mbassi ou entreprendre pour valoriser la culture africaine https://ayanawebzine.com/ayana/interview-marie-madeleine-mbassi-ou-entreprendre-pour-valoriser-la-culture-africaine/ https://ayanawebzine.com/ayana/interview-marie-madeleine-mbassi-ou-entreprendre-pour-valoriser-la-culture-africaine/#respond Wed, 17 Jun 2020 08:13:11 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38387 Marie Madeleine Clarisse MBASSI est consultante en stratégie de communication et Directrice exécutive de l’Industrie Royale Africaine JENGU. Âgée de 41 ans, elle est née dans le littoral Cameroun de deux parents de lignée royale. C’est cette souche royale qui l’a inspirée à créer son groupe JENGU. Cette industrie basée à Dakar est spécialisée dans la confection de vêtements et accessoires de mode fait main avec des tissus authentiques africains. À travers son industrie, c’est toute une action de valorisation de la culture africaine que Marie Madeleine entreprend. Elle veut que les africains réalisent toute la richesse de leur patrimoine. 

 

Comment est née l’industrie JENGU? .

Depuis toute petite en France, je me passionnais pour le dessin de mode. Je reproduisais les vêtements que je voyais dans les magazines et mon maître à l’école primaire à Créteil avait repéré ce don et conseillé à mon père de m’inscrire à l’école des Beaux Arts de Paris.

Cependant, mon père ne voulait rien entendre et rêvait plutôt de me voir poursuivre une carrière de magistrat ou d’avocat. Je pense qu’il trouvait peut-être ces métiers plus honorables que le dessin d’art ou la couture.
Après quelques années passées en France, je commençais à me lasser du territoire et de plus, je me livrais à une débauche qui obligea mon père à me ramener au Cameroun.

Mon retour et mon adaptation ne fut pas facile car j’étais un peu acculturée au début. Mais par la suite, je me suis sentie bien parmi les miens et j’ai continué mes études dans mon pays où j’ai notamment eu mon DSTIC ( Diplôme en Sciences et Techniques de l’information et de la communication ) de l’Ecole Supérieure des Métiers de la Communication de Yaoundé.

J’ai commencé à travailler comme responsable de la Communication Institutionnelle à la Caisse de Sécurité Sociale du Cameroun et 7 ans plus tard j’ai été recruté comme consultant en Communication pour le développement à UNICEF.

Au Cameroun, j’ai été énormément influencée par ma feue mère qui était couturière et qui cousait toujours ses vêtements traditionnels elle-même, notamment le célèbre Kaba Ngondo qui est l’apparat traditionnel de ma tribu. Ma grand mère qui est mon ancêtre ange gardien a aussi présidé à la naissance de cette industrie de mode.
Durant mes missions humanitaires, j’ai commencé à m’habiller avec des vêtements brodés et des boubous pour imiter le style Sénégalais que je trouvais très imposant et royal.

C’est de là que tout est parti. J’allais passer des heures chez mon designer à l’époque Samba Diaw et je regardais comment il cousait mes habits impressionnée par son habilité et son doigté en haute couture.

Je crois que c’est sans doute à ce moment que j’ai vraiment senti que j’étais en phase avec ce secteur d’activité.

Quelques années après, j’ai juste saisi la perche qui m’était tendue en venant travailler au Sénégal de créer la maison de couture JENGU et mettre en place une industrie de confection artisanal du fait main.

Dites-nous plus sur les activités de JENGU

JENGU dans ma langue maternelle signifie Déesse de l’eau. C’est l’ancêtre féminin que nous vénérons dans ma tribu et que nous allons rencontrer à la mer quand nous avons un problème ou que nous souhaitons obtenir une faveur spéciale.

L’univers JENGU a plusieurs branches notamment la branche couture et artisanal où nous réalisons des vêtements et accessoires de mode sur mesure en détail en associant les client(es) au processus créatif. Il y a également la branche business où des opérateurs économiques à travers le monde peuvent nous contacter pour leur fabriquer un important lot de vêtements, chaussures artisanales, sacs et bijoux, leur faire tisser des pagnes ( Baoulé faso danfani et kenté) ou encore des tableaux, sculpture, mobilier de maison, vaisselle etc.. purement traditionnel africain.

Nous réalisons pour nos clients des pièces uniques de collection royale africaine selon leurs goûts et envies avec des matières premières 100% africaines qui leur permettent de vivre une expérience authentique de luxe réservée aux Rois et Reines africaines qu’ils sont, tout en leur donnant la possibilité de participer à la promotion des projets solidaires pour le soutien et la promotion de l’artisanat Sénégalais, Malien, Sud Africain,Ivoirien etc… et Africain en général.

Nous sommes spécialisés dans la confection de sacs à main et de voyages, des chaussures artisanales et bijoux ethniques avec des extractions de cuir de peau de serpent, vache, chèvre, crocodile etc mais aussi des tissus authentiques comme le bogolan, pagne tissé, kenté, fibres de raphia etc….que nous confectionnons sur commande et livrons à nos clients à travers le monde.
Mais aussi la confection de pièces de collection rares et précieuses avec des perles africaines mais aussi du bois, du rafia, du cuivre, du bronze et de l’argent.

Nous voulons faire vivre à nos clients la même expérience luxe que celles que font vivre Louis Vuitton ou Chanel à leurs clients mais avec des matières premières issues de notre terroir et continent.

Pourquoi était-ce important pour vous de revaloriser l’histoire africaine à travers votre entreprise ?

Je pense que notre continent a beaucoup à offrir et ceci particulièrement dans l’industrie Royale vestimentaire Africaine. J’essaye d’amener le maximum de personnes à changer leur regard et leur perception sur le design africain et leur faire comprendre que nous sommes vraiment chanceux de posséder ce beau patrimoine et qu’il faut le promouvoir et le valoriser au maximum.

Vous parliez justement dans un épisode de votre podcast du rapport entre identité africaine et vêtement…

L’Africain était un Roi et une Reine par une série de codes et coutumes qu’il respectait et qui lui donnait la suprématie sur les forces de la nature et les autres civilisations.
Mais en plus de cela, nos Rois et nos Reines que ce soit chez les Zulu en Afrique du Sud, au Benin, au Mali et en pays haoussa pour ne citer que ceux là avaient une manière particulière de s’habiller. Ce code vestimentaire n’était pas le fait du hasard.
Il représentait la distinction de ce peuple parmi tous les autres peuples et le socle sur lequel reposait sa puissance ancestrale.
Dans l’Afrique traditionnelle, rien n’était fait ni mis au hasard. On faisait attention et chaque vêtement ou bijou que portait nos ancêtres envoyait un code à la nature et possédait une symbolique sacrée.

Certains peuples de la forêt s’entouraient de bijoux talisman confectionné avec des pierres connectives et des formules sacrées qui permettait à l’unité de se protéger ou d’attirer à lui plusieurs forces positives nécessaires à sa croissance et son bien être.

De même, certains vêtements avec des imprimés animaux par exemple ont une symbolique sacrée auprès des peuples d’Afrique australe et Centrale car ils symbolisent la force animale du félin ou reptile qui garde nos tribus sur le plan traditionnel.
Certains chefs supérieurs les portent en connaissance parce qu’ils sont initiés mais nôtre rôle avec JENGU est aussi de participer à cette éducation traditionnelle qui manque aux africains et qu’ils ont perdu du fait de la colonisation et du manque de transmission orale.

À lire aussi: [Culture] 5 masques ivoiriens et leurs significations

Quelle est votre histoire avec la réappropriation de votre identité africaine ?

Je pense qu’ici c’est toute une biographie mais je vais essayer de synthétiser. Je suis héritière de “la marmite” de ma grand mère comme on dit chez moi. Ce qui veut dire que bien qu’étant morte, elle continue de me guider et me montrer le chemin. Ma grand mère était une Reine Sawa et une guérisseuse traditionnelle. Elle était clairvoyante ( une sorte de medium), elle pouvait regarder quelqu’un et lui dire exactement de quoi il souffre et le soigner. Mais aussi, elle prédisait l’avenir. Parallèlement à cela, elle était couturière elle aussi et toujours très coquette.
Je suis héritière sur le plan traditionnel de sa chaise au village et de ses dons et charismes. Tout le projet JENGU au moment de sa mise en place m’est venu en rêve par sa guidance ancestrale et celle de sa fée dont j’ai hérité.

Elle est venu me voir en rêve juste avant que je me marie et m’a dit: “voici ce que je souhaite que tu ailles réaliser au Sénégal sur la terre de nos ancêtres.

C’est elle qui nous a inspiré le nom JENGU à mon compagnon et moi à l’époque où nous réfléchissions à l’ossature du projet.

Elle m’a aussi clairement montré sur quelle terre devait se réaliser le concept m’expliquant que nous venons du Sénégal sur le plan ancestral d’une tribu de l’eau qui se nomme Lébou ( tribu de pêcheurs et initiés de l’eau ) dont j’ai pu confirmer l’existence ici au Sénégal.

En gros, je ne fais pas trop d’efforts. Bien sûr, je travaille d’arrache pied comme tout entrepreneur pour faire connaître mes produits et services mais j’ai la chance d’avoir en plus cette guidance dont je suis à la lettre les consignes.

Comment avez-vous fait votre éducation culturelle?

Par les orientations de ma grand mère et de son génie ancestrale qui est une fée de l’eau qui protège mon clan et ma famille depuis des générations. Elle a commencé à me parler depuis toute petite et me donner des indications claires et précises sur tout ce que j’allais vivre comme expérience et sur tout ce que je devais faire pour vivre en paix et en harmonie avec la nature.
Je suis averti de tout ce que je dois vivre des mois à l’avance parfois des années et j’ai des jours bien précis où je vais à la mer recevoir des enseignements traditionnels en tant que initiée des secrets de l’eau.

Quels sont vos futurs projets?

Nous comptons mettre en place une ligne de restaurant typiquement africaine ici au Sénégal baptisée les “petits plats de JENGU”dont nous avons amorcé les travaux.
Acquérir plusieurs villas pour les transformer en résidence d’hôtes pour les clients qui veulent venir faire du tourisme au Sénégal et qui veulent une décoration de luxe typiquement africaine et enfin, nous avons une gamme JENGU Cosmétiques qui est en préparation pour réparer les peaux des femmes abîmées par les produits éclaircissants.

Un message à faire passer à la jeunesse africaine?

Déjà, félicitations à votre magazine qui est une belle référence. Ensuite, je souhaite encourager la jeunesse africaine à se reconnecter à ses valeurs traditionnelles.
Rentrer dans ce qui constitue le socle et la prospérité de nos sociétés traditionnelles d’auparavant notamment nos us et coutumes positives, notre propre forme de spiritualité sacrée et le vêtement Royal Africain et ses accessoires qui nous distingue.

 

À lire aussi: [Culture] Quand la culture traditionnelle se fait plus proche de la population

]]>
https://ayanawebzine.com/ayana/interview-marie-madeleine-mbassi-ou-entreprendre-pour-valoriser-la-culture-africaine/feed/ 0
[Télé] 5 bonnes raisons de regarder la série ivoirienne CACAO https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle/tele-5-bonnes-raisons-de-regarder-la-serie-ivoirienne-cacao/ https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle/tele-5-bonnes-raisons-de-regarder-la-serie-ivoirienne-cacao/#respond Mon, 15 Jun 2020 10:01:09 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38372 Une nouvelle série ivoirienne débarque sur CANAL+ dès ce Lundi 15 Juin. Il s’agit de CACAO, une production originale CANAL, réalisée par Alex Ogou. Parce qu’on est totalement sous le charme, on vous donne 5 bonnes raisons de regarder CACAO vous aussi ce Lundi.

La première grande saga africaine

CACAO est la première grande saga d’Afrique francophone. La série raconte l’affrontement impitoyable que se livre deux familles rivales de l’industrie du cacao: les DESVA et les AHITEY. À leur tête, deux patriarches sans scrupules: l’influent et riche Elie Desva, issu de l’aristocratie ivoirienne du cacao, et le brut et excessif self-made man Jean Ahitey. CACAO, c’est donc une histoire de famille, de génération. Et cela se voit dans le choix des acteurs.

La qualité des décors, de la réalisation et du jeu d’acteurs

CACAO est une série premium. La production n’a pas lésiné sur les moyens pour offrir aux téléspectateurs africains le meilleur de ce qui se fait actuellement. La série capture généreusement bien le paysage ivoirien. Principalement tournée en extérieur, CACAO a ainsi bénéficié de la grande richesse et variété des décors naturels de la Côte d’Ivoire alliant terre et mer. Si l’action se déroule dans la ville imaginaire de CAODJI, la région de la NAWA – et sa ville de Mayo – qui a accueilli bien souvent l’équipe d’Alex Ogou. En plus des décors, le jeu des acteurs est très bien. Plus de 70 acteurs y ont participés. On retrouve autant de visages très connus que de nouvelles révélations. Mahoulah Kane, Adama Dahico, Pelagie Beda, Fargass Assandé ou encore Fate Touré: les acteurs font partie de deux générations. Et c’est ce mélange que voulait Alex Ogou pour sa saga.

Un aperçu de l’industrie du cacao

La créatrice de la série, Yolande Bogui le dit elle-même, cette série est dédiée aux paysans qui font le cacao. Le scénario dévoile les rouages d’une industrie peu connue ou comprise par les ivoiriens. Elle voulait une création qui promeut ce que la Côte d’Ivoire fait de mieux. Quoi de mieux que le cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial? Cette décision allait de soi pour cette femme dont le père travaille dans le cacao.

Une série qui promet

Après le succès de la série Invisibles, Alex Ogou revient sur nos écrans avec ce nouveau projet ambitieux: une histoire unique, un format peu utilisé et une réalisation impressionnante. Ce sont 12 épisodes d’une cinquantaine de minutes qui sont proposées pour la première saison de CACAO. Un format très peu utilisé jusqu’ici du cinéma africain francophone.

Canal vous offre les deux premiers épisodes

Ce Lundi 15 Juin à partir de 20h30, profitez de CACAO sur CANAL+ gratuitement, que votre abonnement soit à jour ou pas. C’est la contribution de la compagnie à faire connaître du public ivoirien une série qui mérite de faire leur fierté.

 

On a hâte que vous découvriez les premiers épisodes de cette série. On se donne rendez-vous sur nos réseaux sociaux pour le débrief après chaque épisode inédit.

 

À découvrir aussi: [Télé] CANAL+ Afrique: Les femmes prennent le pouvoir des écrans

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle/tele-5-bonnes-raisons-de-regarder-la-serie-ivoirienne-cacao/feed/ 0
[Societé] Que dit la loi ivoirienne sur l’avortement ? https://ayanawebzine.com/blog/societe-que-dit-la-loi-ivoirienne-sur-lavortement/ https://ayanawebzine.com/blog/societe-que-dit-la-loi-ivoirienne-sur-lavortement/#respond Thu, 11 Jun 2020 11:04:29 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38363 Le verdict est tombé, vous êtes enceinte. Entre celles qui jubilent de plaisir à l’idée d’être maman, il y a celles qui ne s’en sentent prêtes et qui préfèrent interrompre la grossesse. Si dans certains pays, un droit à l’avortement est reconnu, dans d’autres pays comme le nôtre il est répressible. Que dit le droit ivoirien sur l’avortement ?

Qu’est ce que l’avortement?

L’article 425 du code pénal ivoirien dispose que : « Constitue l’avortement, l’emploi d’aliments, breuvages, médicaments, substances, manœuvres, violences ou de tout autre moyen en vue de provoquer l’expulsion prématurée de l’embryon ou du fœtus, quel que soit le moment de la grossesse où cette expulsion est pratiquée, que la femme y ait consenti ou non. »

En français plus simple, l’avortement est le fait d’interrompre une grossesse par n’importe quel moyen, même sans le consentement de la patiente. Comme nous vous le disions plus haut, l’avortement et la tentative d’avortement sont punissable par la loi ivoirienne selon le nouveau code pénal de 2019 en ses articles 425 et 426. Les peines peuvent aller de 6 mois à 20 ans d’emprisonnement et de 150 000 FCFA à 2 000 000 FCFA selon les cas et les circonstances aggravantes. Ainsi ,si vous vous retrouvez dans les différents cas susmentionnés, vous pouvez être poursuivie.

Cependant, l’avortement ne constitue par une infraction dans 2 cas : le viol et lorsque la grossesse constitue un danger pour la patiente (article 427).

L’avortement est-il suffisamment encadré?

L’encadrement juridique de l’avortement est-il suffisant ? L’avis et le sentiment des personnes qui ne veulent pas garder le bébé est-il pris en compte ? Plusieurs associations et membres de la société civile se battent pour que l’avortement soit un droit reconnu. Pour eux, il faut éviter le taux grimpant d’avortement clandestin qui est un réel danger pour la mère. Ce type d’avortement est dépourvu de sécurité médicale et sanitaire. Les conservateurs quant à eux estiment que si on ne veut pas d’enfant, il faut faire plus attention en utilisant la pluralité de mesures contraceptives. Une fois le fœtus présent, il faut assumer.

Et vous, quel est votre avis sur le droit à l’avortement ?

 

Pour aller plus loin: [ Sexo] L’avortement ou IVG: on en parle ?

 

Image à la une:

Crédits : Getty Images
Droits d’auteur : © 2008 Jose Luis Pelaez

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/societe-que-dit-la-loi-ivoirienne-sur-lavortement/feed/ 0
[Lifestyle] Les conseils de la CIE pour faire des économies d’énergie https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle-les-conseils-de-la-cie-pour-faire-des-economies-denergie/ https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle-les-conseils-de-la-cie-pour-faire-des-economies-denergie/#respond Thu, 11 Jun 2020 09:04:48 +0000 https://ayanawebzine.com/?p=38354 Vous voulez savoir comment faire des économies sur votre consommation d’énergie et alléger vos dépenses ? Et bien, sortez vos carnets et prenez note, car la CIE nous donne des tips infaillibles pour y arriver.

Économiser son énergie réside en des gestes simples et accessible à tous. Que ce soit à la maison ou sur son lieu de travail en modifiant ses habitudes, ces conseils sont faciles à mettre en application.

Lisez aussi :[Éducation] Reprise des cours: redonner à nos enfants le goût des études

Choisissez les appareils multimédias les plus économes.

Le saviez-vous ? La deuxième source de consommation d’électricité spécifique sont les appareils multimédias. Et ceux-ci se multiplient au sein de nos maisons et augmentent considérablement notre facture. Pour limiter les dépenses, il est important de sélectionner les appareils les plus économes. Par exemple, les chargeurs de téléphone ou d’ordinateur portable risquant de continuer à consommer de l’électricité même si la charge est terminée et qu’ils ne sont plus reliés à un appareil, débranchez-les systématiquement.

Surveillez les mises en veille de vos appareils électriques

Même éteints, de nombreux appareils continuent de consommer de l’électricité lorsqu’ils restent branchés. Faites attention aux veilles cachées ! Pour les éviter, vous pouvez vous doter de prises « coupe veille », qui stoppent l’arrivée du courant lorsque vous éteignez un appareil, de prises dites « intelligentes », qui l’arrêtent au bout d’un certain temps de veille. De plus, en cas d’absence prolongée, débranchez tous vos appareils électriques, chauffe-eau compris.

Optimisez le fonctionnement de vos appareils producteurs de froid.

Les réfrigérateurs et les congélateurs sont très gourmands en électricité. Leur consommation dépendant de l’écart de température avec l’extérieur, pour économiser de l’énergie, il vaut mieux éviter de les placer près d’une source de chaleur (four, plaques de cuisson, fenêtre ensoleillée…). Il est également impératif de laisser de l’espace derrière et au-dessus de l’appareil pour que l’air circule correctement. Il est aussi conseillé de ne pas ouvrir ces appareils trop longtemps et trop souvent pour éviter la déperdition d’air froid, et de n’y placer ni aliments encore chauds, ni liquides ou légumes non couverts cela réchauffe l’intérieur de votre appareil qui pour retrouver une température acceptable, demandera une plus grande consommation d’énergie.

Éclairez-vous malin

De nombreux gestes simples permettent de diminuer votre consommation électrique consacrée à l’éclairage tout en conservant une luminosité optimale. Vous pouvez par exemple aménager votre intérieur de manière à profiter au maximum de la lumière naturelle. En orientant vos meubles de façon à éviter les zones d’ombres gênantes et bénéficier d’un maximum de luminosité là où vous en avez le plus besoin (bureau, plan de travail, coin lecture…), il est possible d’économiser jusqu’à une heure d’éclairage quotidien ! Aussi, pensez à vous équiper en ampoule basse consommation.

Notons en plus, que notre facture est le résultat de notre consommation multipliée par des prix en dehors des taxes prélevées par l’Etat. De ce fait, notre consommation ne dépend que de nous chère Ayanas, faisons des économies ! Pour plus d’informations suivez la CIE sur ses différents comptes réseaux sociaux.

A lire aussi :[Société] Comment respecter les mesures barrières au salon de coiffure?

]]>
https://ayanawebzine.com/blog/lifestyle-les-conseils-de-la-cie-pour-faire-des-economies-denergie/feed/ 0