[Interview] Hermance Alloh, la “Travailleuse d’image”

Hermance Alloh est une ivoirienne de 30 ans diplômée d’une école parisienne en histoire de l’artDésormais reconvertie en coach en image, elle nous dévoile tout sur ce métier…


Pourquoi avoir décidé de devenir coach en image ?

Je commencerai par apporter une petite précision. Je ne suis pas coach en image, mais conseillère en valorisation de l’image.
Cette appellation caractérise une action beaucoup plus globale et des prestations plus complètes.
Au regard de mon parcours et de mes expériences professionnelles, je ne parlerai pas de reconversion, mais juste d’une évolution de carrière, car ma nouvelle activité s’inscrit parfaitement dans la continuité de mon parcours.
En effet, j’ai toujours aimé être utile, J’ai toujours aimé contribuer par mes “petites actions” à inscrire un sourire sur le visage des autres. Ce sont des valeurs que j’ai toujours communiquées à mes équipes. Aujourd’hui en tant que fondatrice d’ALUR Conseil, je continue à accompagner les personnes vers l’accomplissement de leurs souhaits, avec à la clé, ce fameux sourire que je peux lire sur leur visage. La seule différence aujourd’hui, c’est que j’ai la grâce d’avoir ma propre structure, de pouvoir rompre avec les méthodes qui ne me conviennent pas et donc de pouvoir aborder mes fonctions sous l’angle qui me paraît être le meilleur.


Quel est votre mode d’emploi pour vous crédibiliser dans le domaine ?

Je pense que ma crédibilité vient de mon parcours professionnel et de mon expérience dans le domaine. J’ai été formée aux techniques de coaching, à la communication, aux arts de la table par un meilleur ouvrier de France …
De plus, je suis ma première cliente. Je reflète donc, je pense la qualité de mon travail et asseois ainsi encore ma crédibilité.

Hermance 5

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans le domaine ?

La première difficulté est d’arriver à faire prendre conscience à certaines personnes qu’elles ont besoin de ces prestations. D’aucuns ignorent encore l’importance de travailler son image et tous les avantages que l’on peut en tirer.
L’autre difficulté est le manque de connaissances de ce métier de la part d’une grande partie de la population. La masse de travail qui nous incombe est souvent sous-estimée d’où les demandes régulières de réduction sur les coûts de mes prestations.
Le manque de connaissances du métier vient aussi de l’utilisation abusive du terme “coaching” par des personnes qui elles-mêmes en ignorent complètement le sens et la méthodologie…

Comment arrivez-vous à les surmonter ?

Venir à bout de certaines difficultés nécessite une certaine connaissance de son milieu et de son métier.
L’expérience y est pour beaucoup !
Mon action méthodique et ma connaissance approfondie de mon secteur d’activité sont pour moi un gage de réussite.

hermance 3

Pourriez-vous nous raconter une anecdote ?

Lorsque j’étais directrice de boutique pour un orfèvre-émailleur autrichien, je recevais un candidat français (pure souche) pour un entretien d’embauche.
En arrivant, il s’empressa de saluer la première vendeuse blonde aux yeux bleus avec beaucoup de respect et une certaine soumission en se présentant à elle.
Surprise de son attitude, elle lui dit “vous êtes certainement le rendez-vous de Madame Alloh, je vais la prévenir.” Lorsque je reçu ce jeune homme, je vis un mélange de stupéfaction et de confusion sur son visage. Dans son regard, on lisait “Hermance Alloh ne peut pas être cette jeunette, noire de surcroît et dans une Maison autrichienne d’une telle envergure qui plus est !
Il fut très vite contraint d’abandonner ses préjugés, car jeune femme, noire assumée et décomplexée, j’ai appris à forcer le respect de mon entourage et à briller par mes compétences. Cela sans prétention aucune !

[image_carousel images=”22658:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/06/hermance-4.jpg,22655:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/06/herrmance-1.jpg,22660:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/06/Hermance-6.jpg,22659:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/06/Hermance-5.jpg,22657:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/06/hermance-3.jpg,” ][/image_carousel]
Que conseillez-vous aux Ayanas qui voudrait se lancer dans le coaching en image ?

Dans ce monde de plus en plus concurrentiel, il est capital d’avoir des repères, des valeurs et une capacité à se démarquer de la masse.
Je recommanderais aux Ayanas désireuses d’embrasser la carrière de coach en image de commencer par se former à ce métier. Je les inciterais aussi à se montrer tenaces et inventives, car la concurrence est rude. De plus, en tant que femme, nous devons en permanence justifier nos capacités…
Pour finir, je leur dirais que le métier de coach en image est un métier qu’il faut exercer par passion et non par effet de mode. Qu’elles s’assurent bien d’avoir l’amour de leur prochain avant de décider de mettre leur talent au service de l’autre.

 

Par Liliane Ngoran


x

A lire aussi

[Développement personnel] 6 coachs africaines à suivre sur les réseaux sociaux !
Elles sont intelligentes, belles, mères pour la plupart et elles nous aident à mieux nous connaître, mieux utiliser nos talents, à booster not...
[Actu] la chaîne A+ arrive en France
Le jeudi 14 janvier dernier nous étions conviés par le groupe CANAL + au lancement de la chaîne 100% africaine A+ en France. Un instant convivial...