Chronique d’une femme seule et…fière

Lorsque j’ai lu l’article du Mondeafrique sur la cofondatrice d’AYANA et les commentaires  qui en ont découlé, je n’ai pas hésité à remettre le débat sur le tapis. Etre une femme célibataire aujourd’hui en Afrique est une bataille quotidienne. Les mentalités changent certes, mais trop lentement concernant la condition féminine. Je suis femme, célibataire, mère et active. Je devrais susciter de la fierté et des encouragements de la part de la société au vu de mon combat quotidien pour vivre mais je constate que c’est le contraire. Réprimandes, manque de respect et médisance font partie de mon quotidien.

Mère célibataire : la pire de toutes les situations qu’une femme peut vivre. Mais hélas, c’est de sa faute.

– Mais pourquoi tu n’as pas voulu que le père de ton enfant le reconnaisse ?  Tu es trop orgueilleuse !

              ->Dites moi combien de femmes aimeraient avoir un enfant qui n’est pas reconnu ?

– Pourquoi lui as-tu fait confiance, pourquoi accepter de faire un enfant avec un homme ?

                ->Mais parce que je l’aimais et ce n’était pas écrit sur son front qu’il me quitterait après.

– Pourquoi tu n’acceptes pas de rester avec lui ? Vous avez déjà un enfant !

             -> Simplement  parce que je ne suis pas heureuse avec lui et que je préfère rester seule plutôt qu’être mal accompagnée.

Quoi qu’on dise, c’est toujours de la faute de la femme si elle est seule. C’est son éducation, c’est son impolitesse, c’est sa manière de répondre à son homme… Si elle a des enfants, c’est juste parce qu’elle est dépravée.

Vivre seule : un parcours du combattant

Dans certaines situations, je suis obligée de me faire appeler Madame. Oui parce que le « mademoiselle » entraîne systématiquement le manque de respect.

  • Le propriétaire de la maison: Réclamer son argent, c’est avec des phrases du genre : vous n’avez rien, vous voulez jouer les dures, vous refusez de vous marier, après c’est pour dire que vous ne pouvez pas payer le loyer ! ->Un homme lui n’a jamais de retard dû à un imprévu ?
  • Le menuisier, l’électricien, le plombier: avec eux pas de vous ou de s’il vous plait ! C’est le tutoiement direct et il essaie d’arnaquer rapidement ! Ils se disent qu’étant seule, tu seras une proie facile…
  • Au travail: De toute façon elle n’est pas mariée, donc elle peut travailler plus tard et même les week-ends !  Mais pour lui donner un poste de responsabilité, on se rappellera qu’elle est mère et donc peut s’absenter souvent pour s’occuper de son enfant. De toute façon il faut faire deux fois plus qu’un homme et être récompensée deux fois moins…
  • En société : au club, au service, en sortie en groupe, elle est la proie facile qui doit supporter tous les plans drague les plus foireux ou irrespectueux ! De toute façon, si elle est seule c’est qu’elle est facile. Vive les clichés !

Etre célibataire, un choix parfois difficile à assumer.

Je ne pense pas qu’une femme, africaine de surcroît, n’aspire pas à être mariée, heureuse avec un homme qui l’aime et avoir un couple ou règne l’amour et le respect. Si avant nos mères acceptaient tout des hommes c’est parce qu’elles n’avaient pas le choix ! En plus l’homme de ce temps prenait tout en charge dans la maison et même s’il avait des écarts de conduite, il respectait sa femme parce que l’union de deux familles était en jeu.

Aujourd’hui nos hommes (enfin pas tous, il y a encore des bons) demandent à la femme de tout partager dans la maison mais pas le droit de donner son avis, fuient leurs responsabilités dans la prise en charge des besoins des enfants, traitent de matérialistes toutes les femmes qui ont besoin que leurs hommes prennent soin d’elles.

Une femme célibataire, mère et indépendante cache souvent une grosse blessure et ne veut pas se laisser abattre et avancer. Ce n’est pas souvent par choix, mais peut être dû à des erreurs de jugement, qu’elle se retrouve seule à affronter la vie pour prendre soin de ses enfants. Ne pas accepter de lier son bonheur à la présence d’un homme ne veut pas dire qu’elle est caractérielle ou impolie, et qu’elle refuse la soumission. Elle veut juste un meilleur environnement familial pour elle et sa famille et n’accepte plus de souffrir en silence pour contenter la société.

AYANA célibataire, mère et active, ne baisse pas les bras : ta vie t’appartient. Alors vis la comme tu la sens pour être heureuse et non pour faire plaisir aux autres.

 SMM

Photo à la une: ©Deposit Photos

 


x

A lire aussi

[Mode] 13 tenues en pagne pour vous inspirer vos looks de fin d'année
C'est bientôt les fêtes de fin d'année. On réfléchit déjà à ce qu'on fera pour passer de beaux moments en famille et entre ami·e·s. Ce qui inclut...
[Hommes] 7 astuces pour améliorer votre endurance sexuelle
La sexualité est l'un des pans de la relation les plus déterminants. Trouver le moyen de le rendre toujours agréable, est perçu comme un défi pou...