Le blues de la trentaine

Ça y est, ils sont là, à ma porte, ces fameux 30 ans ! Je n’étais pas si pressée de les voir. Pour une femme, 30 ans, c’est comme l’an 2000: on entre dans une nouvelle ère et  la il y a un supposé bug. Avant ça, toute notre vie et nos projets tournent autour de ce seuil « fatidique ». La plupart d’entre nous veulent être mariée, être maman, avoir une forme de sécurité financière, etc.

Et moi bien sûr, je ne suis pas si différente des autres. A 15 ans,  j’avais une idée plutôt claire de ma vie à 30 ans : Femme d’affaires,  patronne de son propre business, maman, épouse, vivant dans une jolie petite villa avec jardin.

Dans les faits,  je ne suis pas encore une femme d’affaires (telle que je l’avais imaginé), je vis dans un appart (avec jardin en bas),  je suis mère-célibataire et il arrive quelque fois à mon compte en banque de côtoyer le rouge.

Je ne suis clairement pas là où j’avais prévu d’être il y a 15 ans et ça, c’est quand même un coup. N’est-ce pas ?

A l’aube de ma trentaine, je me rends compte de certaines erreurs que j’ai faites qui ont pu avoir des conséquences directes sur « mon idéal » :

Mon optimisme parfois trop naïf : la réalité l’emporte des fois sur la passion

Ma capacité à m’auto-blâmer : On peut écrire un livre à ce propos mais on reviendra sur le sujet dans un autre édito.

Ma crédulité : j’ai longtemps cru qu’on était chez les bisounours. J’ai longtemps cru, que tout problème pourrait se résoudre par miracle, donc j’ai attendu, passive, laxiste, négligente…

Je pourrais citer tellement de choses…. Le problème c’est que même si certaines erreurs sont des leçons qui nous forgent, d’autres nous font longtemps regretter.

Par conséquent, ce qui me reste à faire aujourd’hui, c’est recommencer, réapprendre à vivre, m’activer,… mais pour aller où ? Encore vers un autre idéal imposé par la société ?

En attendant, j’écoute les chansons de mon adolescence, je prie. J’essaie de mettre de l’ordre dans ma vie, je ris… je passe du temps avec mes amis, ma famille et à chaque fois que je peux, j’embrasse ma fille.

A me lire vous me direz, mais tu es en vie, en bonne santé, tu manges à ta faim, etc. apprécie ce que tu as ! C’est vrai, il y a du positif dans ma vie.

Mais pour l’heure, j’ai le blues de la trentaine.

 

Amie Kouamé


x

A lire aussi

[ Couple] 32 ans ensemble, ils nous livrent leurs secrets
Cet article est offert par NESCAFÉ®  Mme Kouassi* 53 ans travaille dans le social et son mari 55 dans l'informatique. Ensemble depuis 32 ans , c...
De retour à la télé, Aurelie Eliam se confie sur son travail d'animatrice sur NCI
Son talent pour le petit écran nous a été révélé grâce à la célèbre série ivoirienne Dr Boris. Depuis, Aurelie Eliam n'a eu cesse de nous impress...
Recevez Ayana Chez-Vous