[Portrait] Angelica Nwandu, fondatrice du média populaire “The Shade Room”

Angelica Nwandu est la boss lady derrière le très populaire compte Instagram “The Shade Room“. Le média rend compte de l’actualité des célébrités, de la culture, du divertissement et de la politique. A partir d’un profil sur Instagram, elle a pu créer un média important qui réunit à ce jour plus de 16 millions de followers. C’est un empire médiatique avec un site Web et une programmation originale en collaboration avec les sociétés de production hollywoodiennes. Comment l’américaine a réussi à passer de la comptabilité au journalisme? Comment a-t-elle réussi à faire The Shade Room, la deuxième plateforme au plus fort taux d’engagement aux Etats-Unis? Retour sur son parcours.

“Je veux devenir écrivain”

L’histoire de The Shade Room commence avec le parcours scolaire d’Angelica. Comme la plupart d’entre nous, elle voulait trouver un métier qui lui rapporte vite et beaucoup. Ses parents lui proposèrent donc de faire de la comptabilité. Angie accepte mais très vite, elle se rend compte qu’elle déteste ça. Elle aimait écrire mais elle trouvait qu’être écrivain, ce n’était pas une carrière.

6 mois après l’école, elle trouve du travail dans une entreprise de moto. Mais elle déteste ce job. Elle devient si dépressive qu’un jour, elle dit à son mentor qu’elle veut devenir avocate. Celui-ci s’arrange à lui trouver une place à un congrès d’avocats. Ainsi, a-t-elle pu discuter avec les professionnels du métier. Mais en rentrant en voiture avec son mentor, elle lui dit “tu vas me détester mais je veux devenir écrivain”. Toutefois, il ne la déteste pas. Il est plutôt content qu’elle lui dise enfin ce qu’il a toujours su qu’elle était. Une semaine après, il la présente à une scénariste et là, sa vie change.

La scénariste écrivait l’histoire d’une fille qui décide de se venger de son père, le meurtrier de sa mère. Il s’avère que la mère d’Angelica est morte après des violences domestiques alors qu’elle avait 6 ans. “Ce script est fait pour moi.” A t-elle pensé. Elle a donc co-écrit le script.

Source: Fabwoman

En 2013, le film et elle sont acceptés à l’institut Sundance, une organisation réputée qui aide les storytellers à améliorer leur travail. Là-bas, elle en apprend plus sur le métier. Parmi ses mentors, le très célèbre Quentin Tarantino. Elle profite de cette opportunité au maximum. Mais le problème, c’est qu’elle est toujours sous contrat avec l’entreprise de moto en tant que comptable. Un jour, son boss l’appelle et la menace; si elle ne rentre pas, il va la virer. Elle décide donc de démissionner. Après avoir raccroché, elle se rend compte de ce qu’elle venait de faire. Elle venait de quitter le job qui lui permettait de vivre.

A lire aussi: [Beauté] 5 blogueuses beauté afro à suivre expressément sur Instagram

La naissance de The Shade Room

Cependant, une autre opportunité s’offre à elle. Elle gagne 5.000 dollars pour écrire un script. Mais avant même de finir l’écriture du scénario (qui prendra 4 ans), l’argent est déjà bien entamé. Elle dépose donc son CV dans plusieurs compagnies pour pouvoir payer ses factures. Mais aucune d’entre elles ne la rappellent. “Si personne ne me rappelle, je dois me créer une opportunité.” confie-t-elle avoir pensé à Hillary Kerr dans le podcast “Second Life”.

Angelica finit par se rendre compte que plusieurs de ses amis la questionnent quand ils veulent des potins sur les célébrités. Elle tient là, le filon. Avant de créer le blog qui prendrait du temps, elle décide de créer le profil Instagram du blog. Elle confie ne pas savoir d’où lui est venu le nom The Shade Room. Mais en Mars 2014, elle poste la première publication de The Shade Room. Et c’est l’avalanche. Très rapidement, elle atteint les 10.000 followers. La première semaine, elle s’était faite plus de 2.000 followers.

Source photo: Fabwoman

La journaliste Chloé Hall écrit: “The Shade Room a fondamentalement changé la manière dont les nouvelles de la culture pop sont diffusées, consommées et avec lesquelles ils interagissent. Dans le même temps, Nwandu a créé une voix noire distincte et unique dans les actualités de la culture pop. Un mélange de potins de célébrités (querelles animées par des stars, ruptures désordonnées), de célébrations de l’excellence noire et de débats culturels (devriez-vous garder le ketchup dans le garde-manger ou le frigo?), The Shade Room est une expression authentique de la culture noire. cela ne peut pas être facilement imité. ”

A lire aussi: [Beauté] Ces comptes Instagram qui vont vous faire aimer votre corps

Pourquoi The Shade Room a aussi bien marché?

Quand elle essaie d’expliquer le succès de sa page Instagram, on peut noter quelques points:

  • Nouveau moyen de partager l’information: quand elle créait The Shade Room, très peu de médias sinon aucun ne partageaient leurs informations sur Instagram. Ils ne postaient pas directement sur les réseaux sociaux. C’est grâce à elle qu’on peut défiler dans notre fil d’actualité Instagram et avoir des news.
  • Angelica, elle, postait à n’importe quelle heure ses informations. Dès qu’elle avait la nouvelle, elle l’a postait.
  • Un autre point important également, c’est qu’elle répondait à tous les messages privés qu’elle recevait. Aujourd’hui, elle a même une équipe attitrée pour répondre à chaque DM.
  • Elle a réussi à faire comprendre à ses followers que c’était leur plateforme en les invitant à partager leurs infos avec elle. Ils ont commencé à s’approprier The Shade Room. C’est moins le média d’Angie que celui de sa communauté.

L’histoire d’Angie est celle de toutes ces personnes qui ont le cran de quitter un boulot qu’elle déteste pour faire pleinement ce qu’elles aiment.

Source: Fabwoman

«Souvent, vos plus grandes opportunités se présentent par la porte arrière.» Nwandu


x

A lire aussi

Marie Kassé Papale, créatrice de Weltaaré, les Ateliers Feel Good : "on ne peut pas être 100 % parfaite"
Mamans, épouses, filles, soeurs, employées, employeurs, amies...les Ayanas doivent jongler continuellement entre plusieurs casquettes. La femme a...
Awa Traoré Sinanta, de survivante du cancer du sein à activiste
*Initialement publié le 22/10/2019 Il y a de ces femmes qui savent transformer les citrons de la vie en de fraîches limonades. Awa Traoré Sina...