[Maternité] La péridurale pour mon accouchement ?

Ressentir la douleur et la maîtriser lors de l’accouchement représente pour certaines femmes, une expérience enrichissante, qui fait partie du « vécu de l’accouchement ». Pour d’autres, la douleur intolérable de l’enfantement doit être évitée à tout prix. Dans ce cas, la péridurale pourra les soulager (mais pas les faire disparaître totalement) et permettra à l’accouchement de se dérouler sereinement, à la maman d’être moins angoissée et au bébé de naître dans un environnement serein.

Comment se déroule une péridurale ?

La péridurale est une pratique médicale désormais courante (plus de la moitié des femmes y ont recours lors de leur accouchement), mais elle pose de nombreuses questions.  Quels sont les dangers ? Quand l’utiliser ? Qui peut la demander ? Comment se passe-t-elle ?
La péridurale est une anesthésie locale, pratiquée dans le dos, en position assise ou allongée, qui permet d’éviter d’enfanter dans la douleur. L’anesthésie, pratiquée pendant le travail, ne concerne que les nerfs du petit bassin : seules les douleurs de l’accouchement seront atténuées.
Lors de la péridurale, un produit est injecté entre les vertèbres du bas du dos,  autour de la dure-mère (d’où son nom « péri-durale »), qui sert d’enveloppe du système nerveux central. Pas de panique les ayana : l’anesthésiste ne vous piquera pas la moëlle épinière, mais la zone « inter-vertébrale ». Les effets de la péridurale sont rapides : 15 à 30 minutes plus tard, les douleurs des contractions disparaissent presque totalement.

Dans quel cas envisager une péridurale ?

Parfois, refuser une péridurale, lors de son accouchement, n’est pas très sage : lorsque c’est la santé de la mère ou de l’enfant qui est en jeu, la péridurale devient alors un des moyens utilisés pour faciliter l’accouchement.
Il existe des cas bien précis où le recours à la péridurale est recommandé. Lors d’une grossesse multiple, lorsque l’accouchement est provoqué, lorsque bébé se présente par le siège, lors d’une césarienne ou d’une fausse couche…  Les cas sont nombreux ! Mais comme tout acte médical, la péridurale peut présenter des effets secondaires, des risques de complication et surtout des inconvénients.

A lire aussi: [Santé] 5 des mythes les plus répandus sur la grossesse

La péridurale nécessite quelques précautions

Vous êtes nombreuses à vouloir accoucher sans douleur. Cependant, la péridurale ne peut être effectuée systématiquement et comporte certains inconvénients. Par exemple, la péridurale ne marche pas à tous les coups. Son efficacité varie selon la patiente car la dose normale peut ne pas suffire. Il est aussi important que le produit anesthésiant soit administré avant que votre col ne soit trop dilaté, en gardant en tête que l’injection commence à faire effet un quart d’heure après son administration. Il est donc important de prévenir bien à l’avance l’éventualité d’une péridurale (vous aurez à prendre rendez-vous avec l’anesthésiste au préalable). Si c’est votre première péridurale, il est bon de savoir que chez certaines personnes, l’espace péridural est divisé par une fine membrane. Ainsi, l’injection n’aura d’effet que d’un côté. Il faudra alors procéder à deux injections. Vous saurez que l’anesthésie commence à prendre effet quand vous aurez une impression de jambes lourdes. Vous ne ressentirez plus le besoin de pousser, ce qui pourrait obliger votre médecin à utiliser les forceps pour extraire votre bébé.

Quels sont les effets secondaires et les risques d’une péridurale ?

Les accidents dus à une péridurale sont très rares, pourtant, il serait dangereux de ne pas les considérer. J’insiste quand même sur le fait que ces phénomènes sont vraiment rarissimes. Par exemple, il est possible qu’une péridurale soit la cause d’un arrêt cardiaque ou de convulsions. Il peut arriver que la patiente ne retrouve pas ses sensations et soit atteinte de paralysie permanente. Quand les effets de la péridurale s’estompent, des migraines peuvent être ressenties. Les muscles de votre dos ne sont plus tendus par le poids de votre enfant, et la douleur due au relâchement peut faire souffrir. Mais cela est rarement associé à la péridurale. Toutefois, il est important de savoir qu’il y a certaines situations qui n’autorisent pas la péridurale. Par exemple, il est important que la peau de votre dos soit nette (sans eczéma ni tatouage) et que votre température n’excède pas 38°C. Sauf pour certains effets secondaires minimes, la péridurale est souvent pratiquée et les mauvaises surprises sont très rares. Il s’agit simplement d’engourdir la partie inférieure du corps, et de rester consciente.

Les alternatives à la péridurale

La péridurale n’a pas que des avantages : en rendant la maman beaucoup plus « passive » lors de l’accouchement et en diminuant la perception des contractions, elle peut compliquer le travail. Contre la douleur, la péridurale n’est donc pas la seule solution à privilégier : Il est aussi possible de pratiquer des anesthésies différentes :
-la rachi-anesthésie, est assez semblable à la péridurale : elle se pratique aussi entre les deux vertèbres lombaires, et insensibilise aussi la moitié inférieure du corps. Elle est cependant plus facile à réaliser (l’injection se fait directement dans les méninges de la moelle épinière) et ses effets sont plus rapides. Toutefois, elle est peu utilisée : la rachianesthésie peut provoquer des maux de tête, des vertiges, ou des accidents d’hypotension.
-l’anesthésie locale, elle, se pratique dans les muscles du périnée. Des opérations qui peuvent être nécessaires à l’accouchement (telles que l’épisiotomie, ou le recours aux forceps), mais qui sont traumatisantes pour le périnée, peuvent être ainsi réalisés. La douleur des contractions utérines reste toutefois présente.
-l’anesthésie totale est utilisée comme « dernier recours » : en cas de contre-indication à la péridurale ou lorsque dans un cas d’urgence une anesthésie doit agir très rapidement. Elle n’est que très peu utilisée, car elle ne permet pas à la femme d’assister à l’accouchement.

Douleurs ou pas douleurs…Munies de toutes ces informations, le choix vous revient.

Pour toujours plus d’informations: [Santé] Ce que vous devriez savoir sur la peridurale…

Bey


x

A lire aussi

SNAP GAME CARDS : les jeux de cartes ivoiriens pour ambiancer nos soirées
Dans la famille des jeux de cartes, nous choisissons les SNAP GAME CARDS. Dernière découverte de la Team Ayana ! Nous avons craqué pour ces carte...
Battleground : Les hommes forts de la série télé sur NCI
Après avoir conquis les cœurs de l'Afrique anglophone, Battleground a fait une entrée remarquée à la télévision ivoirienne. Depuis le Mercredi 16...