[Job] Après le burn-out, attention au Brown-out !

Il y’a quelques jours, l’on vous parlait du Burn-out, une pathologie type pour designer l’épuisement professionnel, s’il en existe d’autres comme le Bore-out qui désigne plutôt l’ennui professionnel, le Brown out est à lui seul une réelle menace pour les travailleurs. On vous explique dans cet article ce nouveau mal susceptible de fragiliser votre organisation en entreprise.

Le brown-out, késako ?

Le brown-out est caractérisé par l’épuisement physique et/ou mental d’un travailleur  par les tâches quotidiennes aberrantes et/ou absurdes. Le brown-out, ou « baisse de courant », est provoqué par l’incompréhension du sens des tâches à accomplir. Une personne atteinte de Brown out ne manque pas de motivation dans son travail mais y cherche plutôt le sens…  à leur présence dans l’entreprise.
Ce pourrait être le cas d’un de vos collègues dont les missions iraient à l’encontre de ses valeurs personnelles ou de celui qui se désinvestit progressivement car ses missions lui paraissent trop avilissantes.
Le brown-out attaque directement l’éthique professionnelle de celui-qui en est victime et il s’inscrit ainsi dans un cercle infernal l’amenant chaque jour à trouver ses missions toujours plus aberrantes.
L’industrialisation des procédés, la quête de productivité, ou bien encore la recherche de rentabilité est un terreau fertile pour le développement du brown-out, tout comme celui de ses deux acolytes, le burn- et bore-out.

A lire également : [Bien être] Le burn out : qu’est ce que c’est exactement ?

Quelques conseils pour éviter le brown-out

Il faut anticiper cela depuis votre entretien d’embauche et être clair sur les tâches que vous devriez effectuer. La communication managériale est également importante dans la lutte ou la prévention du brown-out. En effet, un véritable manager se doit d’insuffler confiance et motivation à ses collaborateurs ! C’est lui qui doit détecter les premiers signes de faiblesse ou de démotivation, et donc réagir pour que le collaborateur ne sombre pas dans la force obscure du brown-out. Un audit social régulier est aussi un bon indicateur du bien-être de vos collaborateurs. Il peut s’inscrire dans une démarche de responsabilité sociale et sociétale de l’entreprise et ne pourra lui être que bénéfique.

Faites participer vos collègues à la gestion de vos affaires, ou mieux, à l’implémentation de votre stratégie. En effet, ce sont eux qui sont quotidiennement au contact des clients, fournisseurs, prospects, ou bien encore… des concurrents ! Il faut donc prendre en compte leurs avis et leurs remarques car ils auront sans doute une vision différente de celle de vos cadres dirigeants, parfois légèrement déconnectés de la réalité terrain.

Enfin, la mobilité peut aussi être un moyen de lutter contre cet ennui au travail ! Qu’elle soit horizontale ou verticale, de nouveaux challenges seront ainsi des moteurs de performance de vos collaborateurs.


x

A lire aussi

[Job] 7 conseils pour réussir sa vie professionnelle
 Quand on est femme, comment s’y prendre pour réussir dans la jungle du travail ? Voici 7 conseils d’experts qui disent tout sans tabou ! 1-    ...
[ Couple] 32 ans ensemble, ils nous livrent leurs secrets
Cet article est offert par NESCAFÉ®  Mme Kouassi* 53 ans travaille dans le social et son mari 55 dans l'informatique. Ensemble depuis 32 ans , c...