Les règles douloureuses

La vie d’une ayana n’est pas de tout repos, entre le boulot, la famille et ses activités personnelles, il faut aussi gérer ce qu’on appelle communément la facture du mois, les anglais, la cousine indienne Vous l’avez compris il s’agit de la dysménorrhée que nous appelons généralement « règles douloureuses ».

Le terme dysménorrhée désigne les troubles menstruels en général, mais on l’utilise communément pour parler des douleurs au bas de l’abdomen qui précèdent ou accompagnent les règles. Ce sont des douleurs localisées au niveau du bas du ventre, au milieu le plus souvent, qui sont contemporaines des règles, c’est-à-dire qu’elles se manifestent soit la veille des règles, soit le jour même, et durent de 1 à 4-5 jours. Ce sont des douleurs de type crampes ou coliques, parfois assez violentes et qui obligent alors les femmes à se coucher ou à arrêter leurs activités. Elles peuvent aussi déborder le bas du ventre pour aller à droite ou à gauche et surtout dans le bas du dos, « dans les reins » comme disent les femmes. Ces douleurs s’accompagnent de symptômes assez variés : nausées, migraine, fatigue, malaise, diarrhées, vomissements, etc. Ainsi, pour certaines femmes, c’est une véritable catastrophe mensuelle.

Les douleurs menstruelles touchent de 50 % à 80 % des femmes fécondes, selon le groupe d’âge. Les menstruations sont souvent douloureuses à la fin de l’adolescence et au cours des années qui précèdent la ménopause, car il s’agit de périodes de fluctuations hormonales. Les douleurs qui surviennent à ces moments de la vie ne sont généralement pas inquiétantes et ne cachent aucun trouble gynécologique sous-jacent. Chez l’adolescente, les douleurs s’amenuisent avec les années et disparaissent souvent après une première grossesse.

En effet, nous connaissons  aujourd’hui deux types de dysménorrhées : primaires et secondaires. Les primaires sont dues à des substances appelées prostaglandines. Celles-ci sont sécrétées dans les artères qui alimentent l’utérus au moment des règles et sont de puissants contractants du muscle utérin. Lorsque les règles arrivent, l’utérus doit évacuer le sang et les muqueuses, et le fait par des contractions. C’est son mode d’expulsion : il se met en boule, se contracte, devient dur. C’est aussi comme cela qu’il fait pour évacuer le bébé au moment de l’accouchement. Le muscle utérin est extrêmement puissant et lorsqu’il se contracte sous l’effet des prostaglandines pour évacuer la muqueuse utérine et des règles, ça fait particulièrement mal. Les douleurs sont donc provoquées non pas par les ovaires comme le disent souvent les femmes mais par l’utérus qui se met en boule et devient extrêmement dur. Généralement  vers 25-28 ans les dysménorrhées primaires se tassent, d’autres femmes les conservent toute leur vie, qu’elles accouchent ou non. Toutefois ce phénomène est plutôt rare.

Le deuxième cas de figure est ce qu’on appelle les dysménorrhées secondaires. Elles sont secondaires à quelque chose qui n’est pas normale. La dysménorrhée secondaire doit être prise au sérieux, car ces douleurs peuvent avoir des origines diverses. Il faut donc consulter régulièrement son gynécologue en cas de ce genre de douleur pour être fixer.

Revenons à nos règles douloureuses, si on ne peut s’en débarrasser, il y a cependant quelques gestes simple que nous pouvons faire pour calmer la douleur voire la faire disparaître un moment et ainsi vaquer à nos différentes occupations.

Que vous connaissiez votre cycle ou pas ce n’est pas bien grave nous avons des conseils pour vous aider à soulager la douleur durant cette période:

–      Prendre un comprimé de Antadys ou du médicament que vous avez l’habitude de prendre dès l’arrivée des règles n’attendez pas d’avoir vos premières douleurs ;

–      Eviter de consommer des aliments sucrés la veille et pendant vos règles, cela pourrait accentuer la douleur ;

–      Consommez davantage de poissons gras en cette période (sardine, maquereau etc…) ;

–      Mangez moins de margarine et de graisses végétales ;

–      Eviter la viande rouge ;

–      Evitez de boire du café lorsque les douleurs sont présentes ;

–      Le stress et l’anxiété favorise la douleur donc essayer de vous relaxer.

Certaines habitudes contribuent également aux douleurs :

–      Fumer

–      Le manque d’exercice physique

–      Boire de l’alcool pendant vos règles etc…

Et d’autres facteurs qui ne dépendent pas de vous et qui font de vous une personne sujette aux règles douloureuses c’est le fait :

–      D’avoir une mère ou une sœur qui en souffre

–      D’avoir été pubère avant l’âge de 11 ans

–      D’avoir un excédent de poids

–      De vivre dans des conditions sociales ou psychologiques difficiles.

Les règles douloureuses ne sont pas une fatalité une semaine par mois et c’est tout c’est vrai que ce n’est pas facile mais avec les conseils de votre webzine je suis sûr que vous n’afficherez plus cette mine grise que vous aviez à chaque fois pendant cette période.

 

                                                                                    M.C

Source :

http://www.passeportsante.net

http://www.e-sante.fr

http://www.creapharma.ch


x

A lire aussi

Princesse Tatie, un conte interactif pour les petits et les grands : à vous de jouer !
Connaissez-vous Princesse Tatie ? Nous avons découvert en ligne le conte interactif de Princesse Tatie. Destiné aux petits comme aux grands, c'es...
Animez votre live Instagram ou Facebook comme une professionnelle
Durant la crise sanitaire due à la COVID-19, vous avez sans doute remarqué une flopée de lives Instagram ou Facebook sur votre fil d'actualité. V...
Recevez Ayana Chez-Vous