[Portrait] Tchonté Silué, celle qui a fait de l’éducation des jeunes sa priorité

 C’est avec son blog Leschroniquesdetchonte.com qu’on a découvert Tchonté Situé, une jeune ivoirienne passionnée de lecture, d’écriture, d’éducation et de voyages. Mais ce qui fait d’elle, une jeune femme si particulière,  du haut de ses 23 ans, Tchonté est professeur de business à temps partiel à l’Université Internationale de Grand-Bassam et a fondé une bibliothèque de proximité à Yopougon : Le Centre Eulis (*Silué à l’envers) . Ce centre est un espace d’études et de lecture à la disposition des habitants, des livres de tout genre dans le but de promouvoir la lecture auprès des plus jeunes..

Son histoire

Tchonté a grandi à Yopougon. Elle y fait le primaire et une bonne partie de son collège. Puis en 3ème elle est inscrite à l’Irma de Grand-Bassam et revient faire la 2nde au Lycée Classique d’Abidjan là où elle passe son BAC D.  Après son BAC, elle poursuit ses études supérieures à l’IUGB (Université Internationale de Grand-Bassam) avant de s’envoler pour les Etats Unis pour faire des Etudes en finances.

Ecrire, apprendre, voyager sont ses principaux centres d’intérêt. Sa soif d’apprendre est si grande que pendant la crise en 2011, elle se retrouve à faire des recherches sur la religion musulmane, et à lire le Coran. De plus en plus en harmonie avec ce qu’elle a découvert… Tchonté finit par se convertir en 2012 alors que ses parents sont tous les deux chrétiens.

Au début ma mère a eu du mal avec ça mais je crois qu’en réalisant que je n’étais pas moins sa fille en devenant musulmane elle a fini par accepter. Peut-être qu’elle espère encore que je change mais on s’entend plutôt bien par rapport à ça maintenant. D’ailleurs elle m’a offert un voile après son dernier voyage

Elle commence à blogger également dans la même année. Et après avoir lancé 2 blogs, elle se pose en 2016 avec leschroniquesdetchonté.com où elle partage ses passions pour la lecture, les voyages, l’art et la culture…  Sur sa page Facebook, on la voit également apprendre le Sénoufo (sa langue maternelle) avec sa maman.

Je trouvais que dans la vie normale je n’étais pas très gentille. Faut peut-être que je cherche à savoir pourquoi j’avais cette idée là. Mais du coup avec mon rapport à la religion et à Dieu, j’ai voulu faire l’entrepreneuriat social parce que je me disais aussi que ce serait le moyen d’apporter quelque chose aux autres et du coup Dieu en tiendrait compte.

Tchonté - Credit photo Jean-Marc AndréTchonté – Credit photo Jean-Marc André

Le centre Eulis son premier bébé

Pendant ses études aux États Unis, elle participe à un programme de Master à San Francisco en entreprenariat Social. Elle travaille sur plusieurs projets en équipe, fait des recherches sur un problème donné pour proposer des solutions. Ses cours sont interactifs et elle aime cette nouvelle façon d’apprendre …

C’est à ce moment là que j’ai pris conscience du fait que pratiquement tout mon parcours scolaire avait été beaucoup plus théorique et qu’on se contentait de s’asseoir pour écouter le professeur et rendre ses mots sur une feuille de copie.

Même si les présentations peuvent être stressantes, elle se sent plus active. Parce que l’accent était beaucoup plus mis sur l’acquisition de connaissances, de compétences, que sur celle des bonnes notes. C’est alors que l’idée commence à germer dans son esprit.

Elle aimerait que les futures générations soient mises au coeur de leur processus d’apprentissage pour qu’elles soient elles-mêmes porteuses de solutions dans leur communauté.  D’où son engagement pour apprendre aux jeunes à rechercher le savoir au delà des salles de classe.

Dans le livre “Rich dad, poor dad” de Robert Kiyosaki, il a dit qu’il a créé une sorte de Bibliothèque de BDs avec son ami alors qu’ils étaient encore enfants.

Alors, ayant toujours été passionnée de lecture, elle décide d’en faire une base de développement de sa vision globale. Pour la mettre en place, elle a fait des économies sur son salaire de professeur, obtient un studio de son père et des ouvriers font les travaux nécessaires pour le réaménager : Voici comment est né le Centre Eulis. Les premiers livres sont venus de sa collection personnelle. Ensuite avec les publications sur les réseaux sociaux, elle a reçu des centaines de livres d’amis et d’inconnus qui veulent aider à promouvoir la lecture chez les jeunes.

 Mais rien n’est facile dans la vie, surtout quand on est entrepreneur social…

Le centre vit de différents dons en espèces ou en nature (livres principalement). Mais pour l’instant, il n’est pas encore rentable.

Pour le moment nous sommes à nos débuts et c’est tout à fait normal pour une jeune entreprise.

Tchonté - Credit photo Jean-Marc André
Tchonté – Credit photo Jean-Marc André

Pendant les vacances scolaires, le centre accueille également moins de monde. Mais pour y pallier, des séances de street reading dont la dernière en date avec la Librairie de France ont été organisées.

Toujours soucieuse de partager, elle souhaite faire carrière dans l’éducation pour la rendre plus interactive. En attendant, elle souhaite ouvrir dans 2 ou 3 ans un autre centre à Yopougon et plus tard toucher d’autres communes…

Son message aux lectrices…

Commencez petit et maintenant. Essayez, c’est vraiment ça le plus important. Commencez avec un MVP (Minimum Valuable Product). Le plus petit produit avec assez de fonctionnalités pour satisfaire vos premiers clients. Essayez pour avoir des feedbacks, apprendre et vous améliorer. Si vous n’essayez pas vous ne saurez jamais ce dont vous êtes capables.

http://www.dailymotion.com/video/x605ia7

Par Amie O.Kouamé

Photos et vidéos:  Hug-Lionel @studio The BOX


x

A lire aussi

Charlette N'Guessan, femme et tech-entrepreneure prometteuse en Afrique
Ce n'est un secret pour personne ; le milieu scientifique et technologique est encore très masculin. Peu de femmes s'y font leurs places ou y réu...
Comment être proche de ses enfants malgré une vie professionnelle remplie ?
Par Yasmine - La bidem’mama Hello Bidembaya Family (Bidem’fam) ! Je suis très heureuse de vous retrouver pour un nouvel article. J’espère touj...