[Interview] Liliane Estievenart : “L’amour de la maroquinerie, le travail bien fait et la joie d’entreprendre.”

Fine fleur et totalement discrète, Liliane Estievenart est de ces créatrices de mode qui de nature laissent leurs créations parler pour elles.  Aujourd’hui, exceptionnellement, elle a décidé de se livrer sans ombrages à Ayana Webzine, en 9 questions. Entretien avec une créatrice promotrice du Made in Côte d’ivoire.

A lire également : Il etait une fois… la styliste Nackissa 

Qui est Liliane Estievenart ?

Je suis née dans les années 70  à Abengourou d’un papa libanais et d’une maman ivoirienne.  Mariée à un belge, j’ai  su tirer le meilleur de mon métissage et de la culture de mon mari. Je suis toujours souriante mais je sais ce que je veux et ferai tout pour y parvenir. Travailleuse, modeste, je suis une vraie maman pour mes employés.

J’ai un goût immodéré pour la mode, c’est ce goût et la bonne connaissance du métier allié à la rigueur qui fonde le succès de la marque

Parlez-nous de votre parcours ?

Très tôt, j’ai souhaité apprendre la couture et j’ai quitté San Pedro, la ville où vivait mon père et où j’ai passé ma jeunesse pour m’inscrire à un cours de coupe-couture à Abidjan. Après une expérience difficile dans un atelier que j’avais ouvert pour y confectionner des tenues de travail et des uniformes d’écoliers, j’ai rejoint l’entreprise d’un de mes clients capable de confectionner des milliers de T shirts par jour pour y prendre la direction de l’atelier. Mon contact avenant me vaudra d’intégrer le service commercial de la société où je travaillerai plus de vingt ans. Mais mon envie d’entreprendre prendra le dessus et grâce à la bienveillance de mon patron, je fonderai L.E créations

Comment expliquez-vous le succès de votre marque ?

J’ai un goût immodéré pour la mode, c’est ce goût et la bonne connaissance du métier allié à la rigueur qui fonde le succès de la marque. J’aime la Côte d’Ivoire et je  la vend, l’image plaît et montre qu’on peut créer du beau, bien fini à de bon prix en Afrique.

Pourquoi se spécialiser dans la maroquinerie ?

De mon expérience, j’ai pu cibler un créneau de création qui me convenait le mieux et dans lequel  j’avais la plus grande inspiration. Chaque femme a besoin d’un sac, tel est mon crédo.

Comment tout a commencé ?

Lors d’une visite dans un grand magasin à Paris, et après avoir voulu acheter un sac, je me  suis  aperçue que celui-ci ne correspondait pas complètement à l’idée que je m’en faisais et que tout compte fait je pouvais l’améliorer et le fabriquer moi-même. Je me suis empressée d’aller acheter tout le matériel nécessaire et rentrée à Abidjan, j’ai décliné le sac en plusieurs coloris et finitions. Au vu du succès rencontré auprès de mes copines qui se sont bousculées pour m’en commander, j’ai décidé de participer à des marchés de Noël avec mes articles… Le succès immédiat m’a poussé à acheter quelques machines et à engager 1 puis 2 tailleurs.  L.E créations était née..

Quelle est la femme LE créations ?

Multiple, je dirais, comme moi ! Mes créations  sont de bonne facture et peuvent donc être portées en tout lieu et à tout moment, elles sont simples tout en étant classes, abordable mais chic, pratique et fashion. C’est cet ensemble de qualité qui lui permet de toucher aussi bien la bourgeoisie ivoirienne que les expatriées, tout en étant accessible à la classe moyenne.

Quels sont vos plus grandes difficultés ?

Trouver et former le personnel capable de répondre aux exigences tant aux miennes car étant la créatrice, que de la clientèle. Trouver et acheter les produits de qualité, nous sommes obligés d’importer bon nombre de finitions.

Un aperçu des créations de Liliane Estievenart

[image_carousel images=”26666:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/10/21687677_1635297253211441_7345041312699587313_n.jpg,26667:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/10/21751446_1627184274022739_2000074538976206271_n.jpg,26668:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/10/22540109_1666056390135527_7429203042434699578_n.jpg,26669:https://ayanawebzine.com/wp-content/uploads/2017/10/po.jpg,” ][/image_carousel]

Une journée dans votre vie de créatrice, ça donne quoi ?  

Le matin, l’atelier prend tout mon temps afin d’organiser la journée, répondre au difficultés rencontrées, organiser les achats et les livraisons. Ensuite je partage mon temps entre les clientes, les réseaux sociaux, le suivi de la production, la coupe et les finitions.

Vient la soirée où je fais le point administratif avec mon mari, et ou enfin, très tard, je peux penser à créer, la soirée finit bien souvent au petit matin.

Qu’est ce qui vous inspire ?  

L’amour des sacs, du travail bien fait et la joie d’entreprendre.

 

Retrouvez les créations de Liliane Estievenart sur sa page Facebook 

 


x

A lire aussi

SNAP GAME CARDS : les jeux de cartes ivoiriens pour ambiancer nos soirées
Dans la famille des jeux de cartes, nous choisissons les SNAP GAME CARDS. Dernière découverte de la Team Ayana ! Nous avons craqué pour ces carte...
Battleground : Les hommes forts de la série télé sur NCI
Après avoir conquis les cœurs de l'Afrique anglophone, Battleground a fait une entrée remarquée à la télévision ivoirienne. Depuis le Mercredi 16...