[Ayana à suivre] Kenza Ambofo, fondatrice de Nani Cécile Association: “Assumez qui vous êtes avec fierté”

Un ami me disait: “s’aimer et avoir confiance en soi est un combat de tous les jours”. Ces mots auraient pu aussi bien être ceux de Kenza Ambofo. Après être passée par des périodes de sa vie où elle avait un “rapport à la beauté très conflictuel”, Kenza a réussi à surmonter ses insécurités et à aimer son corps. Aujourd’hui, elle se lance dans une nouvelle aventure: redonner confiance à toutes les femmes du monde. Parce qu’elle croit que toute femme est unique et que la beauté est plurielle, elle crée Nani Cécile Association. Dans cette interview, elle nous parle de son combat pour réussir à s’aimer et de son association. 

Qui est Kenza Ambofo?

Quand je dois parler de moi, avant tout, j’aime le dire, je suis une femme. Avec toute la complexité que ce rôle nous confère. Plus personnellement, je dirais que je suis une franco-ivoirienne qui est née et a grandi à Abidjan et qui vit aujourd’hui en France. Je suis étudiante, artiste photographe et à la tête de Nani Cécile Association qui est une association que j’ai moi-même fondée. Sur le plan du caractère, je dirais que je suis une femme douce, aimante, protectrice voir maternelle mais surtout engagée et profondément croyante.

Parlez-nous un peu plus de Nani Cecile Association

Nani Cécile Association est ce projet que je dédie à toutes les femmes. A travers cette association, j’ai décidé de m’engager pour elles. En effet, Nani Cécile Association est une association à but non lucratif qui a pour objectif de rendre aux femmes leur estime d’elle-même. Ce projet a pour objectif d’aider les femmes à se rendre compte qu’elles sont belles, intelligentes, uniques, fortes et pleines de capacités. Elles sont un corps mais pas que. Elles sont une âme, un esprit, des croyances, des valeurs. Les femmes sont un caractère, une éducation et une intelligence. Mon projet est de faire ressortir ce qu’il y a d’unique, de merveilleux, de magique chez chacune des femmes qui existe. Je veux qu’on apprenne à voir ce qu’elles ont qu’aucune autre femme ne possède. Elle ne se ressemble pas, elles sont uniques. Là est l’essence de Nani Cécile Association.

Quelle est votre histoire avec la beauté ? Avez-vous souffert de manque de confiance en vous, en votre corps?

Je pense que comme toute femme, j’ai eu des périodes de ma vie où mon rapport à la beauté était très conflictuel, ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui. J’ai vécu des événements qui m’ont poussé à douter de ma beauté mais également de mes capacités intellectuelles. J’ai été enfermée dans un cercle vicieux que seule moi pouvait briser, un cercle dans lequel je me suis détestée. Je suis passée par de multiples phases durant lesquelles je refusais d’aimer ce corps que j’ai. Bien heureusement, aujourd’hui, cette période relève du passé et m’a permise de me forger une confiance en moi solide.

A lire aussi: [Beauté] Le body positivisme sur Instagram nous donne-t-il vraiment confiance en nous?

Comment avez-vous appris à vous aimer?

Pour réussir à m’aimer, j’ai dû me battre contre moi-même. J’ai dû me motiver et m’obliger à penser autrement. J’ai dû me regarder différemment et surtout m’imposer face à moi-même. Je pense qu’on n’apprend pas uniquement à aimer son corps. On se construit une estime de soi, c’est un ensemble.

Quels seraient donc vos meilleurs conseils pour les jeunes aux prises avec une mauvaise image corporelle et une faible estime d’eux-mêmes?

La première étape pour moi est la découverte. Quand on a pas d’estime pour soi-même, on est comme étranger à notre propre personne. Il faut se découvrir puis accepter ce qu’on est avant de vouloir l’aimer. Notre rapport à nous-même est similaire à celui d’un couple. On se découvre, on passe du temps avec soi-même, on s’aime. Parfois l’amour diminue, parfois il s’intensifie. L’essentiel, c’est d’être bien avec nous-même. Il faut apprendre à se parler à soi-même mais aussi à s’écouter. Faites de vous une de vos priorités principales et vous commencerai à vous regarder différemment. Il faut accepter de briser cette image négative, pour reconstruire étape par étape, votre estime de
vous-même. Il faut apprendre à vivre pour soi-même. C’est le début de la réconciliation avec ce que vous êtes.

Grâce à l’association, comment comptez-vous aider toutes ces femmes qui se sentent mal dans leur peau à se réapproprier leurs corps?

Nous comptons mettre en avant ce que chacune d’entre elles a de particulier. Pour se réapproprier son corps, il faut construire une estime de soi-même mais surtout il faut avoir conscience de ce qu’on a de différent. C’est là que nous intervenons. Nous allons leurs montrer qu’elles sont différentes pour qu’elles comprennent à quel point elles sont uniques et incomparables.

A lire aussi: [Beauté] Ces comptes Instagram qui vont vous faire aimer votre corps

À quoi doit on s’attendre pour 2020 au niveau de Nani Cécile Association ?

En 2020, pour Nani Cécile Association, on doit s’attendre à un grand événement de lancement dont la date sera annoncée ultérieurement mais aussi la mise en ligne du site de l’association et de nombreux gros projets visuels ayant pour objectif de nous permettre d’aider un maximum de femmes.

Quel est le message le plus important que vous voulez faire passer aux femmes?

Vous êtes fortes, vous êtes intelligentes, vous êtes belles, vous êtes talentueuses. N’abandonnez pas, continuez de poursuivre vos rêves. Assumez qui vous êtes avec fierté. Entourez-vous des bonnes personnes mais ne laissez personne décider à votre place de votre vie. Placez votre foi en Dieu et parlez-lui, appelez le au secours quand vous êtes à bout. Utilisez l’amour de vos proches comme moteur. Je vous le promets, vous allez y arriver.

 

Suivez Nani Cécile Association sur Facebook et Instagram


x

A lire aussi

Awa Traoré Sinanta, de survivante du cancer du sein à activiste
*Initialement publié le 22/10/2019 Il y a de ces femmes qui savent transformer les citrons de la vie en de fraîches limonades. Awa Traoré Sina...
Têtue...
Que vous connaissiez déjà l’histoire d’Ayana ou qu’elle vous ait déjà été racontée, avant de lire ces quelques lignes, vous aurez peut-être du ma...